La mort d’un géant : un a-dieu au Dr Albert Schweitzer (FIN)

Chère lectrice, cher lecteur, 

En forêt équatoriale, le printemps, c’est la saison des pluies.

C’est presque tous les jours le même spectacle : les matinées et les après-midi sont beaux et chauds, sur fond de ciel bleu, et vers 17 heures les nuages arrivent, se boursouflent, prennent des teintes gris-noir.

L’air s’agite, les palmiers frissonnent comme s’ils avaient peur.

L’Ogooué se couvre de rides, puis de vagues de plus en plus grosses, et une écume blanche se forme.

C’est à ce moment-là que le ciel ouvre ses vannes.

Des éclairs flagellent la terre, tronçonnent les arbres, enflamment les paillotes.

En quelques minutes, les pistes sont transformées en torrents. Puis la tempête s’apaise.

La terre qui meurt de soif avale goulûment jusqu’à la dernière goutte. Le lendemain matin, le soleil resplendit de nouveau… et ça recommence.

Si l’hôpital a toujours des problèmes de surpopulation, de ravitaillement, de matériel, la situation du personnel soignant semble à présent réglée.

Les demandes de médecins et d’infirmières affluent du monde entier.

Il est vrai que ce sont, à présent, six cents personnes qui vivent dans ce village et que les malades de l’extérieur sont toujours de plus en plus nombreux, attirés par le nom du Grand Docteur qui, pourtant, n’exerce plus d’activité médicale.

Les douleurs articulaires de Schweitzer l’empêchent aussi de jouer de l’orgue en virtuose et sa vue baisse de plus en plus. Cependant, ses journées semblent toujours trop courtes.

Que fait-il donc ?

Il s’occupe des « affaires du monde ! »

Il surveille ces messieurs, toujours prêts à faire joujou avec le destin de l’humanité.

Schweitzer s’est-il persuadé lui-même qu’il est investi d’une mission ?

Sans doute.

S’il n’accomplit pas cette tâche, qui le fera ?

Qui, en 1964, dispose d’un tel poids moral, d’une telle célébrité universelle ?

Qui incarne mieux que lui la raison et le respect de la vie ?

S’il n’est pas une voix officielle, il est la « voix la plus autorisée ».

Il sait parfaitement jusqu’où il peut aller, soutenu par l’opinion publique.

Les critiques nombreuses, les calomnies n’entament ni sa notoriété ni sa détermination.

Il a mérité le prix Nobel de la paix pour ses prises de position contre les essais nucléaires et son action pour le désarmement.

Les hommes veulent la guerre ; il sera jusqu’au bout le gardien de la paix !

Et puis, il n’a jamais porté dans son cœur tous ces conférenciers à lorgnons, ces diplomates à col dur, frileusement retranchés sous les ors et les lambris des palais gouvernementaux.

Qu’ils viennent donc vivre en brousse, qu’ils montent sur une pirogue, qu’ils croisent un hippo furieux, qu’ils visitent une plantation de manioc après le passage d’un troupeau d’éléphants, et leur opinion changera.

La radio annonce que la santé du docteur donne des inquiétudes.

Albert, furieux, fait immédiatement câbler qu’il se porte comme un charme.

C’était aussi sa faute si sa santé inspirait quelques inquiétudes, car il refusait souvent de répondre favorablement aux demandes d’interviews, prétextant qu’il était fatigué.

Si la demande se faisait insistante, Schweitzer prétendait alors qu’il était alité ; si elle persistait, il se disait mourant…

Qui a osé dire que ce nonagénaire était en mauvaise santé ?

Il est étonnant de vigueur, d’intelligence, d’humour.

Dans toutes les réunions, les réceptions, les conférences, on boit ses paroles.

Il est l’homme d’une époque, d’une société d’après-guerre qui se cherche et se donne bonne conscience en « béatifiant » la personne incontournable, la star qu’il faut avoir vue, reçue, honorée.

Rencontre avec Dieu

Le vieil homme se sait au bout du chemin et sa principale préoccupation est la pérennité de l’œuvre qu’il a entreprise.

Il s’interroge aussi sur l’au-delà.

Bien qu’il soit croyant et serein, certaines questions le préoccupent.

Il imagine par exemple sa rencontre avec Dieu.

Tandis que j’écoute religieusement ses longs monologues où ne perce aucune angoisse, je pense à tous ceux pour qui le voyage de la mort reste une terrifiante énigme.

Je fais partie de ceux-là.

D’autres fois, il me parle de Gandhi ou d’Einstein.

Il ne comprend pas que la presse des intellectuels puisse rendre responsable son grand ami de la bombe atomique lancée sur Hiroshima.

« Je suis consterné par les propos que l’on tient sur mon ami Einstein. Il ne s’est jamais remis des commentaires qui ont été faits sur son œuvre. L’arme nucléaire risque d’anéantir la planète. Albert Einstein a essayé d’alerter le monde, mais le monde ne l’a pas écouté et il nous a quitté sans réaliser toute sa mission de paix. »

Jamais je ne l’ai vu aussi ému.

C’est un cri désespéré, un ultime avertissement, celui d’un homme dévoué corps et âme au respect de la vie.

J’apprécie particulièrement nos moments de détente.

Quand il se met à son vieux piano légèrement désaccordé et joue des morceaux de musique classique, surtout du Bach.

Il est tellement enthousiaste quand il caresse les touches !

Il nous arrive – médecins et infirmières – de terminer la soirée en fredonnant en chœur de vieilles rengaines.

Cet homme aux multiples talents aurait pu faire une brillante carrière de musicien, de professeur, de philosophe.

Qu’a-t-il fait ?

Il a passé sa vie à tendre la main, à réclamer de l’argent.

Pour lui ?

Non.

Pour investir dans son hôpital, pour guérir de plus en plus de malades.

Où cela ?

Non pas dans une grande ville d’Europe ou des États-Unis, avec toutes les commodités, mais au plus profond de la forêt africaine.

Avait-il besoin d’y rester jusqu’à 90 ans ?

Certainement pas.

Mais cet homme s’est donné à l’Afrique, plus particulièrement au Gabon, où le climat absorbe toutes nos énergies. Il a voulu mourir là-bas ; il sera enterré non pas au Panthéon, mais sous une modeste croix.

Est-ce cela, la « folie des grandeurs » ?

Le « syndrome de glissement »

Albert Schweitzer est fatigué, épuisé, consumé par la besogne intellectuelle et physique.

Il a usé son esprit et son corps en étant musicien, écrivain, philosophe, médecin, théologien, jardinier, architecte.

Il a emmené Bach, Wagner, Goethe, Leibniz, Einstein, au fond de sa forêt. Il s’est égosillé en lançant ses appels à la paix, au respect de la vie et à la raison.

Il a marché avec son bâton de pèlerin, pendant soixante ans, sous les ovations et les injures, sans faiblir, sans vieillir.

Et le voilà, au seuil de ses 90 ans, ce grand arbre de Lambaréné, avec son écorce blanche et son aubier rongé par la vie.

Alors que je vais commencer ma vie professionnelle, Schweitzer, lui, prépare sa sortie qu’il estime imminente.

Six mois tout au plus, me confie-t-il.

Quand un homme sent qu’il a rempli sa tâche, il se laisse partir. On appelle cette fin de vie programmée le « syndrome de glissement ».

Un soir de fatigue, il me pose la question tant redoutée : « Après ma disparition, dans quelques mois, resteras-tu fidèle au poste ? »

Je ne sais quoi répondre, il me prend au dépourvu.

Je dois rentrer en France effectuer mon stage d’internat, remplir mes obligations militaires et passer ma thèse.

À regret, je lui avoue que je vais devoir quitter Lambaréné dans peu de temps.

Je lui confie que ce lieu m’a apporté un sentiment intense de bonheur ainsi qu’une conscience accrue des réalités de notre monde.

Je réalise que je viens de vivre une expérience unique.

En France, je vais accoucher des femmes dans la solitude, sur la faïence froide des salles de travail, dans des maternités parfaitement aseptisées ; il m’arrivera de voir mourir des enfants sans soutien moral, loin de leur mère, de leur chambre douillette, des vieillards rongés par un immense sentiment de solitude, en dehors des heures de visite réglementaires.

Je sais qu’ici les choses étaient différentes.

On a pu observer que les malades entourés de leur famille guérissaient deux fois plus vite.

Le vieil homme lutte pour rester debout, immobile, droit et dur comme le chêne rouvre de sa vallée de Munster, dont l’écorce est restée blanche très longtemps, puis s’est mise à grisonner et à se crevasser quand fut atteint le bout de son siècle.

Je compte les jours, les heures qui me rapprochent de mon départ.

Comment vais-je réagir à la violente confron­tation du monde pressé que je m’apprête à retrouver ?

Comment quitter un tel homme ?

L’à-Dieu

Je quitte Lambaréné en novembre 1964. Le jour de mon départ, Albert Schweitzer, soutenu par le Dr Willy Munz, son successeur, m’accompagne jusqu’à l’embarcadère.

Sur le sable, au pied du ponton, il me livre ses dernières paroles, les grands moments que nous avons partagés.

Désormais, je me dois de faire connaître aux jeunes la vie prodigieuse de cet aventurier de la pensée moderne.

« Reviendras-tu ? Moi j’aurai rejoint le ciel… J’espère ! »

Comment pourrais-je revenir dès lors que le maître des lieux sera absent ?

Quand il aura quitté ce monde, j’ai bien peur que Lambaréné ne s’éteigne comme une bougie sans mèche.

Ma gorge se serre, des larmes embuent mes yeux, un sanglot m’envahit quand la pirogue prend son élan sur l’Ogooué.

Le 28 août 1965, il dîne sans un mot, à la salle à manger, et tout le personnel, les invités, respectent ce silence comme une méditation.

Après le repas, avant de se retirer, il prononce quelques mots qui ressemblent à un adieu.

Le lendemain, il demande à faire un tour du village et, très pâle, dans la Jeep, immobile, muet, il regarde les gens, les animaux, l’ouvrage de sa vie.

Puis il disparaît dans sa chambre, se couche et attend cette mort qu’il fréquente depuis si longtemps, cette mort qu’il ne redoute pas !

Pour l’heure, les hommes, les femmes, les enfants, vieillards, lépreux, sommeilleux, malades mentaux… tournent de plus en plus près de la petite chambre.

Sur la terrasse, sous les manguiers, plus de bruit, plus d’appels, plus de cris dans la nuit ; seulement les stridulations des grillons et le cri d’angoisse du daman.

Sous la fenêtre, un chant léger de femme monte comme un sanglot, une mélopée poignante en galoa, remerciant le Grand Docteur d’être venu les secourir, dans la forêt.

Il sort une dernière fois. Il marche à petits pas glissés, évite tout ce qui exige un effort physique, s’économise au maximum, comme s’il laissait couler, goutte à goutte, son reste de vie.

Il se couche le jeudi 2 septembre pour ne plus se relever.

Dort-il ?

Est-il déjà plongé dans le coma ?

La cloche de 17h30, qui annonce la fin du travail, lui fait entrouvrir les yeux. Il regarde au-dessus de lui, étonné d’être encore là.

Toute l’équipe médicale va se relayer à son chevet pendant encore quarante-huit heures.

Soudain… la forêt équatoriale se tait.

Plus un feulement de prédateur, plus un hurlement de singe, plus un appel de touraco.

Rien.

Le silence, insupportable.

Dans les clairières, les villageois fang, akélés, galoas, eshira, lèvent la tête : le moment redouté est arrivé.

On l’attendait sans y croire ; certains hommes sont immortels. Dans les hallucinations de l’iboga, il apparaîtra désormais pour faire ses recommandations, donner ses ordres, prendre la main, rabrouer, avec de l’amour plein ses moustaches.

Car il est allé rejoindre Bwiti.

Il est avec les ancêtres.

Le Grand Docteur est entré dans la légende.

Il a manifesté le désir d’avoir des obsèques discrètes et rapides, pour éviter la publicité.

Il a fait fabriquer lui-même le cercueil dans lequel il repose.

Il est dans sa chemise blanche avec son nœud papillon noir, son vieux chapeau posé sur ses pieds.

La cloche de l’hôpital sonne le glas et annonce au monde entier la mort du Grand Docteur.

À 15 heures, on le conduit au petit cimetière à côté de son épouse Hélène, et de sa fidèle collaboratrice Emma Haussknecht.

C’est la fin d’une vie, l’entrée triomphale d’un simple mortel dans le royaume dont il a si souvent parlé.

Le premier humanitaire

Schweitzer a souvent été considéré comme un monolithe.

Ceux qui l’ont approché savent que l’homme est plus singulier qu’il n’y paraît, ses idées tout autant.

Il faut différencier le médecin, le musicien, le théologien et le philosophe.

Cet homme complexe et simple à la fois ne ressemblait en rien à celui décrit par ses adulateurs.

L’Histoire l’a placé dans le cercle très restreint des « grands de ce monde ».

Cette gloire exceptionnelle fut le fruit d’une stratégie bien orchestrée.

Pour percer dans ce monde, il faut plusieurs « ingrédients » : un personnage, un décor, un projet unique, des fans, des lobbies et des médias.

Tous ces paramètres étaient réunis.

Grâce à l’argent des Américains, au soutien de l’Église unitarienne d’Amérique, aux femmes de Lambaréné, aux médias, le docteur Albert Schweitzer est devenu le « premier humanitaire » connu.

Sa renommée est universelle.

Médecin ordinaire, nourri de philosophie, de théologie, de musique, il est probable qu’au début de sa vie, il n’aurait pu imaginer qu’une pareille destinée l’attendait.

La solitude de la forêt vierge lui convenait mieux que la vie mondaine.

Lorsqu’en 1954, âgé alors de soixante-dix-huit ans, il rejoignit Oslo pour recevoir son prix Nobel, il se décrivit lui-même, sans fausse modestie, comme un « pauvre petit médecin des Noirs ».

Sa renommée a fait de lui un « grand docteur humaniste ».

Il est entré de son vivant dans la légende…

La rencontre avec une telle personnalité induit nécessairement un changement de vie, façonné par des ensei­gnements de vie distillés à longueur de journées.

Je réalise à quel point la valeur de l’engagement ne se mesure pas à la longueur des discours, mais bien plutôt à l’aspect concret d’un combat, aux vies sauvées, aux douleurs apaisées.

Le pragmatisme a raison des idéologies et des grandes théories.

De cette période où j’étudiais le latin, me revient à l’esprit une formule latine : Res, non verba, « des actes, non des mots ».

Cet aphorisme est confirmé par Malraux : « Les idées ne sont pas faites pour être pensées, mais vécues », et il détermine à jamais le sens de ma vie.

Comment alimenter ce feu sacré qui pousse à aller vers les autres ?

Comment répondre à un tel appel, si ce n’est en privilégiant l’émotion ?

Elle est une étincelle qui éclaire le chemin de la vie.

D’une étonnante modernité, la vie et l’œuvre du docteur Schweitzer trouvent un écho dans les clameurs écologiques qui s’élèvent aujourd’hui et trouvent une résonance particulière en ces temps de bouleversements des consciences.

Albert Schweitzer n’était pas un saint.

Il n’a pas été béatifié, mais il a bien mérité le paradis, lieu où les âmes des justes et des bienfaiteurs jouissent, en compagnie des anges, de la béatitude éternelle.

« Le Seigneur Dieu prit donc l’homme et le mit dans le paradis de délice, afin qu’il le cultivât et le gardât» (La Bible, Genèse, II, 15)

J’ai l’impression que là-haut, Albert Schweitzer a pris connaissance de mes newsletters. Appréhendant son état d’âme, je décode ses commentaires.

« Tu vois, mon cher ami, toi qui doutais du ciel, il existe ! Je suis heureux et sans angoisse. Aucun ange ne m’a apporté d’Iboga. Quand ton tour arrivera, tu pourras oublier ton chemin de croix ourdi par les faiseurs de fric, tels les trusts pharmaceutiques que tu appelais ”Big Pharma”, les ennemis de la Nature. De même, tes confrères et surtout les professeurs ont oublié qu’ils exercent un sacerdoce ! On ne fait pas de fric sur le dos de patients cobayes. Continue à promouvoir tes plantes et tes huiles essentielles, que tu as fait connaitre à Lambaréné et qui ont sauvé moult patients incurables. Le jour viendra où Jésus terrassera Lucifer. Tes accusateurs cupides feront un long passage au purgatoire ! En attendant, reste solide comme le séquoia qui atteint 2000 ans et souple comme le roseau qui plie et ne rompt pas. »

*

*          *

Je viens d’apprendre la disparition du Dr Walter Munz, à l’âge de 88 ans.

C’était mon ami, chaque jour je le rencontrais aux côté de son père.

C’est Walter qui assura la transition médicale au décès d’Albert Schweitzer.

Ils se sont retrouvés au paradis éternel.

Que de souvenirs pourront-ils échanger !

Dominus vobiscum.

Le Seigneur soit avec vous.

albert schewitzer

Bonne lecture ! 

Jean-Pierre Willem

143 commentaires pour “La mort d’un géant : un a-dieu au Dr Albert Schweitzer (FIN)

  1. merci pour ce sublime hommage tout est vrai c trop beau
    merci monsieur Willem que beaucoup le lise et surtout comprennent ses paroles magiques
    gratitude a vous

  2. Merci pour ce merveilleux témoignage, ces grands hommes sont la gloire de l’humanité… bravo pour votre mission de transmission des bienfaits des plantes. nous n’oublions pas. que Dieu vous bénisse.

  3. Cher Dr Willem, merci merci pour avoir si bien décrit la vie de ce grand homme. J’ai vécu au Gabon pendant 13 ans et j’ai visité l’hôpital de Lambaréné. J’ai 80 ans et c’est un bonheur de lire vos lettres que j’espère recevoir encore longtemps. Encore Merci

  4. Votre belle histoire m’a réchauffé le cœur en ces temps si difficiles où les bons médecins doivent se cacher pour pouvoir encore soigner, sont mis au rebut pour avoir osé refuser qu’on penetre leur corps sans leur accord et osent réfléchir et soigner sans chercher avant tout à faire du fric mais avec pour seul objectif la guérison de leurs patients

  5. Votre lettre m’a fait pleurer. Je lis toutes vos lettres, vous dîtes tellement vrai. Merci.
    J’avais une grande admiration pour le Docteur Schweitzer.
    Portez vous bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page