La 9ème vague est annoncée

Chère lectrice, cher lecteur,

L’hiver sera impitoyable sur le front du Covid, selon certains « spécialistes ».

On atteint les 50 000 cas quotidiens, alors que les Français ont abandonné les gestes barrières, semblant ignorer ce rebond 3 semaines avant Noël.

Les masques sont quasiment devenus une curiosité, et le voisin qui tousse n’est (presque) plus une source d’angoisse.

Pourtant, ne rêvez pas : « La neuvième vague de Covid-19 est bel et bien là », assure l’épidémiologiste Mahmoud Zureik.

Pour l’instant, ces chiffres n’atteignent pas les records du début de l’année, où l’on avait comptabilisé jusqu’à 525 527 cas quotidiens le 20 janvier 2022.

À quoi va ressembler cette neuvième vague ?

À une vaguelette ou, au contraire, un tsunami qui va déferler sur les hôpitaux ?

« Il est difficile d’estimer son impact exact », répond Mahmoud Zureik. Plusieurs raisons à cela.

D’abord, la transmissibilité exacte du sous-variant BQL1 et sa capacité à déjouer les vaccins sont assez mal connues.

C’est pourtant lui qui a « toutes les cartes en main pour devenir majoritaire en France », expliquait Yannick Simonin, virologiste.

Les chiffres sont probablement minorés

D’autre part, de moins en moins de gens se testent, donc on perd de la visibilité.

Beaucoup font aussi des autotests et n’entrent donc pas dans les statistiques.

Les chiffres sont donc probablement déjà minorés.

Pour l’épidémiologiste, « on n’a jamais été dans une situation aussi défavorable depuis mars 2021. Parce que nous sommes en hiver et que le virus circule davantage à cette saison. Ensuite parce que le taux de rappel de la quatrième dose est faible. Actuellement, la population cible est de 18 millions de personnes. Il s’agit principalement des plus de 60 ans ayant reçu leur dernière dose il y a plus de six mois. Or, on en vaccine 1 million par mois. Il faudrait donc… un an et demi pour tous les immuniser ! Troisièmement, d’autres maladies circulent, notamment la grippe et la bronchiolite, la plus intense depuis dix ans. »

Enfin, dernier facteur qui peut laisser craindre une envolée des cas : l’abandon des gestes barrières face à un virus qui fait moins peur et une pandémie qui semble derrière nous.

Pour l’heure, aucune campagne spécifique à cette neuvième vague n’est toutefois prévue.

« Beaucoup croisent les doigts en espérant que ça passe. Mais il faut se rendre à l’évidence : l’hiver sera dur », juge Mahmoud Zureik.

D’autant que les fêtes qui se profilent dans moins d’un mois sont propices à la circulation des microbes.

Big Pharma tient à s’exprimer !

Les Français rechignent à tendre à nouveau leur bras, ils sont au courant de la litanie des effets secondaires, sans oublier ceux qui partent ad patres, rejoindre les anges !

Les rares professeurs qui fréquentaient les différents plateaux et qui se sont portés volontaires pour remotiver les récalcitrants n’ont plus la même foi vaccinatrice.

« Il faut avoir confiance, encore une fois : si le rebond est important et que le nombre de morts augmente, la motivation à faire attention va revenir. À l’approche des fêtes, il faut le redire : avant les rassemblements familiaux, il faut faire un test, et un autotest le jour même. Ces réflexes ont un peu disparu, hélas. Si on est positif au dépistage, la démarche n’a pas changé depuis le début de l’épidémie : pas de fête ! Car on met en danger les autres. Et Noël doit aussi être l’occasion d’éclairer sur l’intérêt du vaccin bivalent pour ceux qui y ont droit. Si demain les hôpitaux sont submergés et qu’il y a de nouveaux variants, on sera obligés de penser au masque. »

Le masque obligatoire ?

Le journal Le Parisien a demandé son avis aux passants du Forum des Halles, à Paris :

« Plus envie de vivre sous cloche. Dans ma classe, personne ne porte le masque, alors qu’il y a une explosion de cas contact »remarque Fatima. De quoi agacer Violaine, octogénaire voûtée sur son cabas bariolé, presque seule sous l’immense canopée des Halles à porter une protection. Et un FFP2, s’il vous plaît.« On dirait que les autres ne regardent pas les infos ou n’ont perdu personne de cette maladie terrible », soupire-t-elle. Elle a longtemps hésité à venir se coller à la foule.« Je ne vais pas m’attarder », dit-elle en pressant le pas vers la parfumerie. Pour une majorité, il est question de liberté. « De profiter », « on en a marre de subir les oukases du gouvernement et des trusts pharmaceutiques ! »

« Ça m’a fait suer de le remettre ! Ce serait un retour vers le passé, que personne ne veut, d’autant que l’actualité internationale est déjà très anxiogène » rappelle une étudiante, citant « la guerre en Ukraine » et l’ascension vertigineuse du prix des denrées alimentaires.

Les allées du Forum sont à l’avenant : plus de distanciation sociale, plus grand-chose pour rappeler qu’un virus rôde encore.

Ici, le bidon de gel désinfectant n’est plus rempli. « Ça ne sert plus à rien », lance, un brin provocante, une jeune cliente hyper lookée.

Elle n’est pas la seule : en un quart d’heure, personne ne s’est arrêté devant le flacon.

Alors que faire ? Remettre les pieds sur terre !

Dans ce brouhaha et ce monde plus que troublé, il est temps de retrouver ses esprits et d’adopter des résolutions qui vous permettront de passer ce tsunami sans grand dégât.

Depuis 3 ans, j’ai torturé vos méninges pour vous inculquer des notions de médecine naturelle et d’aromathérapie.

Oui !

Le masque est plus que nécessaire dès lors que vous êtes plongé dans la foule.

Ainsi, vous vous protégerez du Covid et de ses variants, grippes, bronchiolite et de la myriade de virus respiratoires qui inondent l’environnement.

Maintenant vous avez des connaissances suffisantes sur l’immunité, à savoir l’ensemble des mécanismes de défense d’un organisme vivant contre les agents infectieux (antigènes).

Des dizaines de milliers de gens ont pris STIMU+ et ont échappé aux séquelles et à la mort.

STIMU+, 2 fois 2 gélules durant un mois.

Auquel on ajoute un pré et probiotique ORTHOFLORE, 1 gélule le matin à jeun, durant un mois1.

Voilà pour la prévention !

Si vous êtes atteint, il vous reste à prendre 4 huiles essentielles, qui vont anéantir ce maudit virus : Eucalyptus radié et globulus, Ravintsara et Laurier noble, que vous appliquerez sur les poignets, le thorax et le haut du dos. On peut aussi les prendre par voie orale.

Certains prennent de la propolis brune (2 fois 2 gélules).

*

*          *

Beaucoup de médecins ont relevé auprès de leurs patients les dégâts causés par cette foultitude de vaccins iatrogènes.

Il n’est plus question de prolonger ce massacre !

Il reste à se tourner vers des approches alternatives et recourir aux huiles essentielles, dont l’efficacité se vérifie chaque jour.

Certains confrères se retrouvent en taule, d’autres rejoignent des pays voisins plus accueillants ou même décrochent leur plaque.

Une patiente est venue dans mon bureau avec l’ordonnance d’une pédiatre pour la bronchiolite de son bébé, qu’elle a traitée avec un antibiotique, en ajoutant :

« Surtout ne lui donnez pas d’huiles essentielles, qui vont brûler la peau de votre bébé ! »

Et pourtant on sait depuis longtemps que les antibiotiques sont interdits pour traiter les infections virales – ce qui explique peut-être la résistance des antibiotiques ?

Un professeur que l’on voyait régulièrement sur les différentes chaînes est aujourd’hui interdit de plateau.

Spécialiste de la réanimation, il s’est enhardi à déconseiller les vaccins.

En espérant que d’autres patrons vont le suivre.

*

*           *

La grippe aviaire :

Si les HE sont efficaces pour la grippe humaine, on peut les appliquer à la volaille.

La procédure n’en sera que plus simple.

Les poules ne se posent pas de question dès lors qu’on leur impose des remèdes salvateurs.

Elle consiste à regrouper les gallinacés dans un endroit clos et de procéder à une diffusion atmosphérique de 3 HE, Eucalyptus globulus, Ravintsara et Laurier noble (Il y en a beaucoup d’autres).

Parallèlement, mélanger ces HE dans le maïs ou autres céréales.

En quelques jours, les poules se remettent à pondre.

C’est le jackpot.

Je demande à un lecteur qui vit à la campagne de leur porter ce message.

À bientôt, 

Jean-Pierre Willem 

Sources : 

1. Laboratoire Phyt-Inov, tel : 00 41 32 466 89 14.

27 commentaires pour “La 9ème vague est annoncée

  1. bonjour, vous avez raison, les gens ne sont pas raisonnables et les commerces ont abandonné le gel à l’entrée du magasin, même la pharmacie de mon quartier. lamentable..

  2. Non, le masque malheureusement ne sert à rien… En tout cas le masque chirurgical ou en tissu, aucune étude en vie réelle n’a pu démontrer une quelconque efficacité… Le FFP2 fait guère mieux.
    Alors oui, c’est très bien de souligner l’apport des huiles essentielles, et de tout ce qui pourrait renforcer notre immunité naturelle, mais pour ce qui est des “gestes barrière”, retenons que le plus efficace reste le lavage de mains.

  3. Bonjour Docteur,
    Je veux simplement vous remercier de tous vos conseils, et un simple MERCI est bien peu, mais il part du fond du cœur.
    J ai de l artérite (c est parait il héréditaire) qui s est manifestée deux mois après le 1er vaccin covid!!! en une année veines et artères des jambes se sont bouchées, il a même déjà fallu mettre un stent. Je n avais pas de cholestérol…?? on m a mis sous Atorvastatine/Ezetimibe, et pas de résultat.
    j ai 77 ans, je n ai jamais bu ou fumé, j ai une vie saine, je consomme bio ou de mon jardin, et je ne prenais que des huiles essentielles si nécessaire. Je maudis ce vaccin, car depuis tout va mal, je suis comme un zombie, avec en plus la crainte d être un jour amputée…
    Merci Docteur d avoir le courage de braver big pharma, etc…merci de votre soutien, merci de vos sages conseils.

  4. Bonjour,

    1) Les tests PCR inventés par M.Mullis ne peuvent pas, selon lui dans plusieurs interviews, constater si quelqu’un est contagieux ni si la personne a la maladie (il est décédé en 2019).
    2) Il explique aussi, que ce test ne doit pas subir plus que 24 cycles sinon ça devient une “soupe” et en Europe ça monte jusqu’à 45 cycles.
    3) Des dizaines et dizaines des recherches dans le monde, souvent “peer reviewed” prouvent, que les masques ne servent à rien et sont dangereux.
    4) La distance pareille ne sert à rien, le virus se déplace par aérosol sur des grandes distances (prouvé également).
    5) Les confinements aussi sont très mauvais pour la santé, la vie sociale et professionnels, prouvé aussi.
    6) Les pseudo vaccins sont dangereux et ne protègent pas, prouvé également.
    7) Stériliser les mains est égale à tuer les bactéries qui sont là pour nous protéger et qui font parti de nôtre système immunitaire.
    8) La létalité de ce virus est plus bas que la grippe.
    9) Une personne en bonne santé n’a rien à craindre.

    Cordialement,
    Rink Groenveld

  5. Au lieu de paniquer, il suffit de prendre 2 verres d’eau avec une cuillerée à café d’argile chaque jour. Cela bloque les virus dans l’intestin . Hyper efficace, mais pas pour Big pharma ni pour le gouvernement corrompu…

  6. Merci de tout cœur pour vos lettres concises, courtes, précises et non alarmistes qui nous donnent toujours le bon trousseau de clés !
    merci beaucoup Docteur.
    tres jouyeuses Fetes pour vous et ceux que vous aimez.
    sylvie

  7. Bonjour Docteur,
    Pardon et avec tout mon respect, d’après un document du Professeur Raoult paru dans Le Point le 23 juin 2016, la théorie des antibiotiques non actifs contre les virus n’est plus valable au 21 ème siècle.
    La preuve l’Azithromycine peut-être très utile en période précoce contre le Covid 19. Ainsi que l’ivermectine, si tant est que ce soit un antibiotique.
    Ce qui ne retire en rien à la puissance des HE.
    Merci pour votre prise de position si utile.

  8. Bonjour Monsieur,
    Je vois dans un de vos livres que vous recommandez le laboratoire Fenioux pour les plantes
    Je les ai contacté (il y a quelque temps) en fait leurs plantes sont naturelles mais pas BIO,du coup peut-on réellement acheter chez eux?
    Merci pour tout
    Bien à vous

  9. svp vous déconseillez stimu plus aux personnes ménopausées, alors que faire pour notre immunité à nous personnes âgées donc les plus à risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page