Connaissez-vous cette fabuleuse poudre noire …

Chers amis,

Dans le monde dans lequel nous vivons, le charbon végétal est précieux.

C’est le roi de la dépollution.

Il agit sur tous les fronts : santé pour détoxifier l’organisme, agriculture, industrie pour purifier l’air et filtrer l’eau…

Il défie même aujourd’hui le Covid-19…

Voici tout ce qu’il faut savoir pour en faire votre allié au quotidien.

L’origine du charbon végétal

Plusieurs matières premières organiques sont utilisées pour constituer le charbon végétal.

Leur point commun est leur abondance en carbone. Il peut s’agir de :

  • Écorces de bois (frêne, peuplier, chêne) ;
  • Résidus végétaux ;
  • Coques de noix (notamment la noix de coco), bambou ;

Pour obtenir le charbon végétal actif, ces produits organiques sont carbonisés jusqu’à obtention d’une poudre noire.

Le traitement de calcination a lieu en deux temps qui confèrent au charbon son pouvoir absorbant : la matière première est tout d’abord exposée à des températures très élevées (entre 600 et 900°C), sans oxygénation.

Puis une deuxième calcination est opérée en présence d’air, de vapeur d’eau ou de gaz pour permettre notamment d’activer les bienfaits du charbon et d’optimiser sa porosité.

Adsorption : à ne pas confondre avec absorption

L’adsorption peut facilement être confondue avec la notion d’absorption.

Certains peuvent également penser à une faute d’orthographe.

Il n’en est rien.

En réalité, ces deux phénomènes existent et sont même opposés.

En effet, dans le cas de l’absorption, les éléments extérieurs sont aspirés et conservés par un organisme.

À l’inverse, l’adsorption permet de rejeter les molécules indésirables.

Comment fonctionne-t-il ?

Grâce à sa nature poreuse, le charbon végétal est doté d’une forte capacité d’adsorption.

Il agit donc au sein de l’organisme en captant et en retenant à sa surface les substances indésirables (impuretés, toxines, gaz…) et en favorisant leur évacuation par les voies digestives ou les reins.

Qui peut profiter du charbon végétal ?

Tout le monde peut profiter des bienfaits du charbon végétal, adultes comme enfants.

Néanmoins, pour les jeunes enfants ou en cas de grossesse ou d’allaitement, il convient de demander conseil auprès de son médecin ou de son pharmacien avant d’envisager une cure de charbon végétal.

Par ailleurs, il existe également quelques contre-indications à son utilisation.

En cas d’ulcère gastro-duodénal ou d’occlusion intestinale, il est déconseillé de consommer du charbon végétal.

Conseils d’utilisation

La posologie dépend essentiellement de deux paramètres :

  • Le trouble à soulager ;
  • Le format (gélule, poudre ou granulés).

Avec la poudre, il est indispensable de diluer la matière dans de l’eau pour éviter les risques « d’étouffement ».

Par ailleurs, il est également recommandé de boire un second verre d’eau pure pour ne pas souffrir de constipation ou de déshydratation.

Enfin, la poudre de charbon peut également être consommée mélangée dans un yaourt.

Concernant les gélules et les granulés, la quantité à prendre dépend des marques et des fabricants.

Il est donc nécessaire de se référer aux conseils d’utilisation indiqués sur le produit.

Effets secondaires et précautions d’emploi

Le charbon végétal présente peu d’effets secondaires si les dosages sont bien respectés.

En revanche, il faut savoir qu’il est susceptible de noircir les selles.

Ce phénomène est sans danger.

Au niveau des précautions d’emploi, rappelons que le charbon végétal actif opère un effet adsorbant sur de nombreuses substances, dont les médicaments.

Il convient donc d’espacer les prises de charbon actif d’au moins 2 heures avec la prise de tout médicament.

La pilule fait notamment partie des substances pouvant être captées et éliminées par le charbon végétal.

Cela pourrait avoir pour conséquence d’annuler son effet.

La vigilance est donc de mise pour toutes les femmes utilisant ce type de contraceptif.

Bienfait n° 1 : détoxifie l’organisme

Le charbon actif a des capacités exceptionnelles : il peut absorber jusqu’à 100 fois son volume.

Il a le pouvoir de piéger et retenir de nombreuses toxines et substances, comme les métaux lourds, les chlorures, les pesticides ou encore certains médicaments et drogues.

Le charbon végétal est capable de capter par adsorption les molécules toxiques présentes dans l’air, l’eau, les aliments et jusqu’à l’intérieur de notre corps : salmonelle, staphylocoque, pesticides, additifs, nicotine, chlore, plomb, mercure… ou encore les toxines produites par notre microbiote, rien (ou presque) ne lui résiste !

Si le charbon est absorbé peu de temps après une intoxication (mercure, plomb, chlore, pesti­cides, détergents, solvants, mé­dicaments, drogues, alcaloïdes, hormones, mycotoxines, substances radioactives), il peut neutraliser les toxiques.

C’est même un geste auquel on recourt dans les urgences ou dans un centre antipoison afin d’évi­ter un lavage d’estomac.

Bienfait n° 2 : soulage les troubles intestinaux

Le charbon absorbe les gaz et soulage les ballonnements et l’hyperphagie, ainsi que les crampes, les douleurs, les flatulences et les éructations associées.

Il permet également de lutter contre la diarrhée, les symptômes de gastro-entérite et les intoxications alimentaires.

Attention également à une prise trop longue ou en quantité trop importante : le charbon actif peut provoquer une constipation.

  • Tourista, gastro-entérite, in­toxication alimentaire : par son pouvoir neutralisant sur les virus ou les bactéries (sta­phylocoque, streptocoque, mé­ningocoque, gonocoque, bac­téries typhoïdes, colibacilles, Escherichia coli…), le charbon agit tout au long du tube digestif, de la bouche jusqu’au côlon. Pris dès l’apparition des premiers signes d’intoxication alimen­taire ou d’infection au niveau digestif, il peut stopper la mala­die (prendre deux cuillères à soupe de charbon en poudre toutes les 4 à 6 heures).

Bienfait n° 3 : purifier la peau

Comme il absorbe les toxines, le charbon actif permet de purifier la peau, de la désincruster et d’éliminer les impuretés, qu’il s’agisse des résidus de pollutions, du tabac, de la poussière accumulée au cours d’une journée, des points noirs ou des bactéries.

Il retient l’excès de sébum tout en préservant le film hydrolipidique et n’assèche donc pas la peau.

Il a également des propriétés antioxydantes qui permettent de lutter contre le vieillissement cutané, de réduire les signes de fatigue et d’illuminer le teint.

Il est possible de fabriquer soi-même un masque au charbon, en mélangeant une cuillère à café de poudre de charbon végétal, une cuillère à soupe de gel d’aloe vera et une cuillère à café d’eau.

Il se mélange aussi très bien à l’huile de coco ou au miel

Application locale

  • Les pansements au charbon : disponibles dans le commerce, ils sont indiqués pour le traite­ment des plaies malodorantes ou cancéreuses, les escarres et les blessures, l’eczéma, les pi­qûres d’insectes, ou pour arrê­ter les infections.
  • Les compresses : pour soi­gner en urgence les morsures de serpent (en attendant une prise en charge médicale), l’ec­zéma, les enflures, l’impétigo (infection cutanée bactérienne due à un streptocoque ou staphylocoque)… Mélangez 4 cuil­lères à soupe de charbon actif en poudre avec un peu d’eau, jusqu’à obtention d’une pâte consistante. Étalez cette pâte sur une gaze, puis repliez-la en deux. Placez sur la zone à traiter et recouvrez d’un film plastique afin de préserver l’humidité.
  • Les cataplasmes : mélangez la poudre de charbon actif avec des graines de lin moulues et un peu d’eau ou de sérum physiologique jusqu’à obtenir une pâte consistante. Appliquez au moins 30 minutes directement
    sur la plaie, puis rincez (si la plaie est ouverte, isolez-la par une bande de gaze). Recouvrez d’une pellicule plastique pour maintenir l’humidité. Si besoin de conserver le cataplasme plus longtemps, maintenez-le en place grâce à un vêtement serré et rincez-le après huit heures.

Bienfait n° 4 : blanchit les dents

Le charbon actif est légèrement abrasif.

Il a la capacité d’éliminer les taches liées à la consommation de thé, de café, de tabac et de lutter contre le jaunissement des dents.

Pur, il s’utilise cependant avec parcimonie, de préférence une à deux fois par semaine pour ne pas risquer d’abîmer l’émail des dents. Il permet également de lutter contre la mauvaise haleine.

Pour limiter les risques liés à une mauvaise utilisation du charbon végétal pur sur un dentifrice, des dentifrices au charbon végétal sont disponibles, comme le Bicare Gifrer Plus qui inclut dans sa composition d’autres agents actifs tels que le fluor.

Ce dernier permet ainsi de protéger l’émail.

Autres actions particulières

  • Arsenic, strychnine…

Le pharma­cien-chercheur Pierre-Fleurus Touéry a mené une expé­rience en absorbant une dose mortelle de strychnine (aussi appelé « mort aux rats »). Il dé­montra ainsi que les 15 grammes de charbon qu’il avait absorbés ont bien contré le poison et qu’il n’en a subi aucun dommage. Ce fut le point de départ de l’utilisation moderne du charbon.

  • Normalise le taux de cho­lestérol

Le charbon a une ac­tion normo-lipémiante, c’est-à-dire qu’il permet une réduction du cholestérol excédant en in­tervenant dans le cycle entéro-hépatique de la bile (dans la­quelle se trouve le cholestérol). Il diminue également les taux de triglycérides trop élevés.

  • Pour se sevrer du tabac ou d’autres drogues

En adsorbant les subs­tances addictives, le charbon facilite largement le sevrage tabagique, des drogues douces ou dures (qui ont aussi une cir­culation entéro-hépatique).

  • Action anti-coronavirus

Scientifiques et industriels planchent sur l’utilisation du charbon jusque dans la lutte contre le Covid-19.

Certains cher­cheurs avancent qu’en réduisant l’absorption des toxines déri­vées du microbiote, le charbon permettrait d’inactiver les virus…

Une hypothèse qui reste à valider scientifiquement.

La revue Courrier international relève que la Cambridge Mask Company, un fabricant de masques composés de plusieurs couches de filtres à particules et de charbon actif de qualité militaire, a vu la demande pour ses masques multipliée par 20 à 30, en dépit de leur coût élevé : 30 dollars l’unité !

D’autres recherches ciblent l’uti­lité du charbon actif pour soigner les animaux malades (fièvre aph­teuse, variole du mouton, grippe porcine, coronavirus…) : le char­bon adsorberait les virions, les particules infectieuses des virus, réduisant ainsi la charge virale.

Une étude conclut que le char­bon super-activé ajouté à l’alimen­tation (granulés) a une excellente capacité d’adsorption des infec­tions à rotavirus bovins (jusqu’à 99,89 %) et à coronavirus bovins (99,99 %).

  • Le filtre à eau

Le charbon actif est utilisé par certaines usines de traitement de l’eau pour éliminer les pesticides, nitrates, résidus médicamenteux et autres métaux lourds qu’elle contient.

Un rapport américain met en évidence ses proprié­tés pour éliminer ou réduire ef­ficacement la concentration de nombreux composés organiques toxiques ou cancérigènes.

Le chlore est le produit le plus uti­lisé pour le retraitement de l’eau : il détruit les bactéries, les virus et les protozoaires nuisibles.

Or, quand il entre en contact avec une molécule organique (déchets, restes de végétaux…), il peut, par réaction chimique, fabriquer des sous-produits.

On n’en recense pas moins de 600.

Des études toxicologiques sur l’animal montrent que l’exposition à ces composés favorise l’apparition de tumeurs du foie, du rein, du côlon et du rectum…

D’où la nécessi­té de s’équiper à la maison d’un filtre à eau à base de charbon ac­tif : filtre à robinet, carafe filtrante (changer les cartouches selon les recommandations du construc­teur et l’eau tous les jours) ou binchotan, un morceau de bois japonais que l’on dépose dans une carafe et qui purifie l’eau en une heure.

Ces filtres à charbon neutralisent tous les produits de traitement de l’eau (chlore, ozone, bioxyde de chlore, permanganate… tous toxiques).

Quelle que soit la mé­thode choisie, elle présentera aus­si l’avantage de neutraliser l’odeur du chlore de l’eau du robinet !

Dans votre pharmacie familiale

À l’origine surtout employé pour les troubles gastro-entérologiques, l’usage du charbon s’est étendu : il est aujourd’hui utilisé en nanomédecine, en pansement pour ulcères, en hémo-perfusion pour les septicémies, mais aussi pour les maladies rénales.

Mais à moins que vous ne soyez cher­cheur, médecin, chirurgien ou gravement malade, cet usage ne vous concerne pas directement.

En revanche, le charbon a toute sa place dans votre pharmacie familiale.

En cas de doute sur son utilisation, il faut prendre conseil auprès d’un professionnel de santé.

Compléments alimentaires

1/ Charbon végétal 6 gélules par jour vous apportent 1,5 g de charbon végétal. Présentation : Boite de 200 gélules de 250 mg. Conseil d’utilisation : 6 gélules par jour, 3 gélules 30 min avant le repas et 3 gélules juste après le repas, avec un grand verre d’eau. L’effet bénéfique est obtenu par la consommation d’1 g au moins 30 minutes avant le repas et d’1 g juste après celui-ci. En prendre jusqu’à la disparition des différents symptômes.
2/ Complexe B Charbon C.B.C 6 gélules vous apportent 675 mg de levure de bière et 675 mg de charbon végétal. Présentation : Boite de 200 gélules de 225 mg. Conseil d’utilisation : 3 à 6 gélules par jour réparties en 2 prises avec un verre d’eau, 30 min avant les repas. Cure d’un mois, à prolonger éventuellement. Refaire des mini-cures ultérieurement.

Laboratoire Fenioux, tel : 02 54 27 16 94. Mail : info@feniouxlab.fr

Portez-vous bien,

Jean-Pierre Willem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page