LES JOLIES COLONIES DE VACANCES !

Chers amis,

On a connu et on continue de souffrir de la canicule, de la sécheresse qui anéantit les cultures, de la litanie des variants de coronavirus, de l’insécurité et aujourd’hui de la variole du singe (qui nous vient d’Afrique).

Comme une majorité des Français, j’ai pris plaisir à regarder le Tour de France.

Seules les étapes de montagnes m’intéressaient : ce sont celles où l’on peut admirer les véritables champions.

Les deux premiers du Tour ont incontestablement été les meilleurs.

On les reverra durant la prochaine décennie !

Voilà pour le Tour qui, par ailleurs, a permis aux Français d’enrichir leur culture en admirant le patrimoine français.

Sans oublier l’arrivée de futurs touristes séduits par cet environnement majestueux.

Cependant, nous sommes toujours harcelés par la multitude de variants du virus !

L’abandon des soignants non vaccinés

Faut-il réintégrer les soi­gnants non vaccinés contre le Covid ? Face au manque de bras inédit à l’hôpital, le ministre de la Santé, François Braun, fraîchement nommé, avait entrouvert la porte et saisi les instances scientifi­ques, mi-juillet, sur ce sujet épineux.

Il y a un an pile, sou­venez-vous, son prédéces­seur Olivier Véran indiquait que les soignants ne pour­raient « plus travailler » et ne seraient « plus payés » s’ils ne se protégeaient pas !

La question est de savoir si les 75 médecins, 600 infirmières hospitalières, et plus de 100 en Ehpad sus­pendus depuis vont finalement pouvoir renfiler leur blouse ?

La Haute Autorité de Santé a tranché : c’est « non », a-t-elle répondu, favorable au maintien de l’obligation vacci­nale.

L’Académie de méde­cine, le conseil scientifique et la Haute Autorité de Santé ont un avis convergent, comme prévu : il est négatif.

« On suit l’avis des scientifiques », a déclaré dans la foulée le ministre François Braun, précisant qu’il réunirait les organisations syndicales pour leur expliquer la situation.

Le conseil scientifique s’était dit : « réservé » quant à leur réin­tégration, rappelant qu’un « soignant doit privilégier l’ensemble des gestes et pro­cédures pour ne pas conta­miner les patients souvent fragiles qu’il prend en charge et pour limiter la survenue des clusters ».

Certains « sages » estiment que leur réinsertion n’aura « probablement pas d’impact sur l’amélioration de l’organisation hospitaliè­re » et craignent que leur retour ne soulève « des pro­blèmes de rejet au sein des équipes ».

Finalement, l’avis du Comité consultatif national d’éthique sur la réinsertion est NIET !

Qui aurait cru le contraire ?

Ce serait désavouer tout le déploiement sanitaire imposé depuis le début de la pandémie.
Pfizer est aux anges !

Rappelons que 5000 pompiers ont connu le même sort ! Depuis leur canapé, en « se rongeant les sangs », ils ont assisté aux méga-feux du Sud-Ouest.

La liberté n’est-elle pas inscrite sur le fronton de toutes les mairies : Liberté ! Liberté chérie…

LA VARIOLE DU SINGE

La question a divisé les scientifiques.

Faut-il déclen­cher le niveau d’alerte maxi­male pour la variole du singe (monkeypox), signe d’un événement extra­ordinaire ?

C’est la 7e fois que l’OMS active ce seuil depuis 2009, preuve d’un message fort envoyé au monde et d’un appel à un sursaut collectif.

Avec plus de 17 000 cas recensés dans 74 pays depuis mai, l’épidémie est, selon le directeur, limitée, « mais compte tenu de l’accélération des cas, on ne sait pas si cette maladie va se diffuser plus largement ».

Dans l’Hexagone, 1835 cas sont confirmés, dont la moitié en Île-de-France.

Si aucun mort n’est, pour l’heure, à déplorer, mois après mois, les discours rassurants laissent place à des constats inquiets.

Pour l’épidé­miologiste Yves Buisson, « il faut prendre cette maladie au sérieux !

Certes, cette épidé­mie n’a pas la même ampleur que celle du Covid, mais le nombre de contaminations atteint des proportions très importantes ».

Il reste de nombreuses interro­gations.

Cette maladie circu­lant d’ordinaire en Afrique centrale et de l’Ouest, pour­quoi l’Europe est-elle l’épicen­tre de la flambée de variole du singe ?

« On ne sait pas », admet l’immunologiste Fré­déric Batteux. Quant à l’infec­tion, l’épidémiologiste de l’OMS, le docteur Tedros, évoque de « nouveaux modes de transmission que l’on com­prend trop peu ».

Un article du « New England Journal of Medecine » montre que 95 % des contaminations résultent d’un contact sexuel, bien qu’ « il ne s’agisse pas d’une MST au sens strict car sa transmission n’est pas que sexuelle ».

Quand le mystère s’épaissit

C’est une petite musique qui monte.

Pourquoi est-il si difficile de trouver un rendez- vous de vaccination contre la variole du singe ?

Les stocks sont-ils vraiment suffisants ?

Même si le ministre de la San­té, François Braun, a assuré que la France disposait d’un « stock très conséquent » ?

L’informa­tion « secret-défense » suscite de nombreuses interrogations.

« La classification repose sur le fait que la variole est un agent pathogène aujourd’hui éradiqué et susceptible de constituer un agent de la menace bioterroriste », répond le ministère de la Santé.

Autrement dit, délivrer l’état des stocks pourrait don­ner une information précieu­se à l’ennemi en cas d’attaque et se retourner contre nous.

Une chose est sûre, elle s’attrape par contact avec les lésions cutanées, les symptômes de la maladie, et plus rarement par les pos­tillons ou du linge.

Mais con­trairement au Covid, l’échange doit être prolongé et rapproché.

Quelle stratégie adopter ? Vacciner plus massivement ? On a ouvert 118 vaccinodromes dédiés à la variole du singe et cela va monter en puissance !

« Si 42 000 doses ont été déstockées, il en faudrait dix fois plus », met en garde Eva Vocz, chargée de mis­sion à Act Up (l’association de lutte contre le sida) : « On estime que 500 000 doses seraient nécessaires pour protéger les hommes ayant des rela­tions avec des hommes, les transsexuels, les travailleurs du sexe… ».

Aujour­d’hui, plus de 7 000 patients ont reçu une dose, destinée aux homosexuels, aux trans­sexuels multipartenaires et aux prostitué(e)s.

Par ailleurs, Act Up demande de pouvoir indemniser les tra­vailleurs du sexe, public à ris­que, pour qu’ils puissent arrê­ter de travailler et s’isoler et de débloquer des hébergements pour les plus précaires.

Il existe plusieurs antivarioliques : seuls ceux dits de « troisième génération », qui présentent une meilleure tolérance que leurs ancêtres, sont recommandés contre la variole du singe

A qui s’adresse cette vaccination ?

Les papys et les mamies seront-ils épargnés de ce vaccin ? Je ne pense pas qu’ils fréquentent les clubs d’échangistes !

Parallèlement, la 7ème vague du coronavirus suit sa course folle. Plus de de 50.000 nouveaux cas de coronavirus par jour

« Aujourd’hui on navigue à vue, on va dans un brouillard et au bout de ce brouillard, il y a un iceberg », conclue le Dr Benjamin Davido, infectiologue.

Si le pic de la 7e vague est derrière nous, plus de 50.000 Français sont encore contaminés chaque jour par le coronavirus.

Le sous-variant BA.5 est devenu largement dominant en France depuis début juillet.

Or, ce nouveau sous-variant provoque un symptôme inconnu pendant la nuit…

Le professeur Luke O’Neill, immunologiste au Trinity College de Dublin, a pointé du doigt un nouveau symptôme provoqué par le sous-variant BA.5 : les sueurs nocturnes.

« Ce mélange de système immunitaire et de virus légèrement différent pourrait donner lieu à une maladie légèrement différente, les sueurs nocturnes devenant assez étrangement une caractéristique ».

La cause en serait une perturbation anormale du système immunitaire.

Il est inutile de se précipiter sur les anti-transpirants, mais de restaurer au préalable les défenses naturelles.

La liste des Covids longs s’allonge…

J’ai déjà consacré de nombreuses pages pour expliquer le mécanisme immunitaire et plus particulièrement les cinq barrières qui nous protègent.

Je me contenterai d’un petit résumé pour vous sortir de ce mal-être qui gâche la vie.

  • Restaurer l’écosystème intestinal avec des pré et probiotiques

C’est le premier filtre chargé de cataboliser tous les éléments étrangers agressifs pour l’organisme.

ORTHOFLORE de Phyt-Inov, LACTOSPECTRUM de Le Stum, OPTIFLORUS TRANS de Fenioux, PROBIOTIQUES IMMUNITE de Copmed….

  • Booster les défenses immunitaires

Le remède le plus efficace est le STIMU+ (2 fois 2 gélules 1 mois) de Phyt-Inov.

  • Neutraliser les virus

4 huiles essentielles (HE) : Eucalyptus globulus et radié, Ravintsara et Laurier noble (par voie orale, rectale, cutanée : c’est au choix) et dans une situation désespérée : « l’Embaument vivant ».

  • Restaurer le terrain

AFALG (Phyt-Inov), la phycocyanine (TOUT EN VIE) de Fenioux, SPIRULINE FORTE de Copmed, VITAMINE C, COENZYME Q10.

Pour vous y retrouver : Lire « Tout savoir sur les virus et y faire face ». Ed. Dauphin.

Un indicateur de risque de décès

Pouvez-vous tenir debout sur une jambe pendant 10 secondes ?

Etrange, et pourtant : la capacité à pouvoir se tenir debout sur une jambe pendant au moins 10 secondes serait un bon indicateur du risque de décès dans les 10 années qui suivent, si l’on en croit une nouvelle étude parue dans le British Journal of Sport Medicine.

1702 participants, suivis pendant 7 ans en moyenne, ont été invités à essayer l’exercice qui consistait à replier leur jambe surélevée en appui sur l’autre jambe, à la manière d’un flamant rose ou de la « posture de l’arbre » en yoga, mais sans aucun support d’appui.

7 % des participants sont décédés dans les années qui ont suivi.

Ils étaient beaucoup plus nombreux parmi ceux qui ont échoué à l’exercice : 17,5 % contre 4,5 % chez les participants ayant réussi à rester debout sur une jambe durant 10 secondes.

C’est ainsi que les experts ont constaté que ceux qui ne pouvaient pas tenir ainsi durant 10 secondes avaient un risque de décès accru de 84 %, au cours de la prochaine décennie, quelle qu’en soit la cause.

Quels sont les facteurs qui conditionnent ces chiffres alarmants ? Il y avait deux fois plus de diabète de type 2 chez ceux qui échouaient ainsi qu’une proportion plus élevée d’obésité, d’hypertension et de troubles cardiaques.

Les auteurs suggèrent d’intégrer ce petit test d’équi­libre lors des consultations médicales classiques chez les 51-75 ans pour se faire rapidement une idée de leur forme physique générale et de leur espérance de vie.

Par ailleurs, je rappelle humblement que ceux qui ont suivi mes recommandations cliniques et thérapeutiques depuis le départ de cette Newsletter, peuvent imiter le flamant rose !

Juguler la peur de la mort

Pour apaiser ceux qui ont échoué et qui redoutent une fin inexorable, je leur conseille de mettre 3 gouttes d’HE de Pruche du Canada sur le plexus cardiaque.

Cette huile essentielle énergétique et équilibrante, facilite le lâcher-prise et la dissipation des angoisses.

Elle est souvent utilisée pour accompagner les transitions ou les personnes en fin de vie.

Elle est aussi connue pour donner de l’inspiration.

Malheureusement, on ne trouve plus cette HE exceptionnelle, sinon à des prix inabordables.

Je vous souhaite de belles vacances.

Jean-Pierre Willem

PS : emportez avec vous : « Alzheimer et odorat : quand les arômes restaurent la mémoire ». Ed. Trédaniel. Ce livre est vendu aux Etats Unis et en Chine.

Livre

7 commentaires pour “LES JOLIES COLONIES DE VACANCES !

  1. J’ai 83 ans et ne suis pas vaccinée. Au bout de nombreuses années de nomadisme médical j’ai enfin trouvé un homéopathe qui m’a sevrée du Témesta. Je n’ai aucune confiance dans l’allopathie et je pense que le Dr Saldmann « On n’est jamais si mieux soigné que par soi-même », bien sûr avec l’aide de naturopoathes et médecins polyvalents comme vous. Tous les non vaccinés que je connais pètent la santé. Alors je ne comprends pas cette obstination à les exclure du service public.

  2. Bonjour.
    Merci pour vos mails que j apprécie! Je voulais mettre le dernier sur f book…mais pas possible…dommage.
    Cordialement.
    Sylvie.

  3. Docteur Willem, j’ai tenu la posture du flamant rose pendant une minute! Mais je ne sais toujours pas voler. En tout cas j’ai bien ri. Je me suis rappelé que j’ai subi un test semblable dans une visite médicale d’agrément au permis de conduire E, mais c’était plus difficile, car il fallait fermer les yeux.
    Le flamant rose de 75 ans vous souhaite un bel été. Claudia Garderet

  4. Aide pour la maladie de Crohn
    Bonjour Docteur Willem,
    J’ai reçu votre conférence du cercle des docteurs Libres concernant les intolérances alimentaires car j’ai une maladie de Crohn (diagnostiquée en 1997). J’ai eu de la chance car le rowasa a fait bondir la créatinine et on a dû arrêter tout traitement (2001), je ne prends qu’un complément alimentaire de Bionutrics qui est très efficace: Nutriprotect A I (supprime les diarrhées et restore les selles moulées) mais maintenant, j’ai quelques signes dont une sténose de 24 cm qui n’a pas bougé depuis 10 ans et les médecins veulent me faire prendre des anti-TNF auxquels je résiste car le rowasa m’a déjà donné une insuffisance rénale légère, donc je ne veux pas d’autres effets secondaires.
    Si j’ai bien compris le traitement que vous proposez dans la conférence:
    Il faut appliquer la formule suivante: 2 ml de camomille noble, 2 ml de ciste ladanifère, 1 ml de verveine
    citronnée et comme huile végétale des noyaux d’abricot ou du
    macadamia ou millepertuis.
    Dix gouttes sur le bas ventre, deux à trois fois par jour ou à ingérer dans du miel ou sur une mie de pain.
    Ensuite, il faut prendre de l’origan compacte (capsules à 75 mg).
    Tout cela pendant un mois, puis on continue avec l’origan
    compact, une capsule aux trois repas mais pendant combien de temps?
    Puis, vous proposez le mucoperm mais pendant combien de temps puis-je le prendre? Est-ce compatible avec Nutriprotect A I de Bionutrics?
    Je vous remercie pour votre réponse car je ne sais plus trop vers qui me tourner à l’heure actuelle, s’il n’y avait pas vos lettres pour nous aider, je me demande comment nous ferions.
    Bien cordialement,
    William Pergeline

  5. Bonjour docteur Willem
    merci pour vos lettres toujours claires, instructives…
    J’aurais juste une question : qu’appelez vous  » embaumement vivant ? »
    Merci encore à vous pour tous vos conseils
    portez vous bien

  6. OUI à la réintégration des soignants rebelles aux vaccinations anti Covid avec des vaccins qui ne sont de fait que des potions en phase 3 d’expérimentation.
    A-t’on vérifié que toutes les espèces de stratèges soit-disants experts grassement rémunérées par les laboratoires pour raconter des âneries à la télé s’étaient fait vacciner ?
    Que tous les ânes de la macronie s’étaient fait vacciner ?
    Dans l’incertitude la plus totale les soignants méritent le respect d’être réintégrées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page