Grippe aviaire : traitons nos poules au naturel !

Chers amis,

La « Grippe aviaire », également connue sous le nom d’influenza aviaire (ou anciennement de peste aviaire), est une maladie infectieuse affectant principalement les oiseaux.

Provoquée par des souches A du virus grippal, l’infection peut causer toutes sortes de symptômes chez les oiseaux, d’une maladie bénigne qui passe souvent inaperçue, à une maladie rapidement mortelle qui peut provoquer de graves épidémies.

Quels sont les symptômes ?

Ils sont peu spécifiques et peuvent varier selon la souche virale.

Dans le cas d’une influenza « faiblement pathogène », les symptômes chez la volaille sont des comportements généraux modifiés (« frilosité, tassement des oiseaux, dépression, plumage ébouriffé »), des troubles respiratoires (larmoiement, écoulement nasal, sinus infra-orbitaires gonflés, toux, râles plus ou moins sévères, pouvant parfois conduire à une suffocation mortelle).

Des diarrhées sont possibles.

Les pondeuses voient leur productivité chuter brutalement (de 5-20 % pour les poules, 30- 80 % pour les dindes, et le nombre d’œufs malformés ou décolorés augmente).

Cette infection peut toucher presque toutes les espèces d’oiseaux, sauvages ou domestiques.

Elle est généralement asymptomatique chez les oiseaux sauvages, mais peut devenir fortement contagieuse et entraîner une mortalité extrêmement élevée dans les élevages industriels de poulets et de dindes, d’où son nom de « peste aviaire » ou d’ « Ebola du poulet ».

Le virus de la grippe aviaire peut parfois infecter d’autres espèces animales, dont des mammifères comme le porc et l’homme.

La saga des virus grippaux

En 2004, une souche H5N1 du virus est mise en avant en raison de son danger et de sa transmissibilité à l’homme.

Une commission d’experts vétérinaires recommande la vaccination des volailles d’élevage dans les zones concernées par les épidémies, avec « des vaccins inactivés homologues ou hétérologues exclusivement ».

En 2005, l’Union européenne approuve « la vaccination des volailles comme mesure de prévention à court terme, voire à long terme », pour l’Italie, la France et les Pays-Bas.

Un vaccin a été mis en place contre l’influenza aviaire H5N1 mais il n’est pas accepté par la population, qui l’accuse de donner la maladie.

On comprend le refus de la population de consommer de telles volailles contaminées par un vaccin rempli d’adjuvants.

Tout cela rappelle les effets délétères des vaccins anti-covid !

Le collectif « Sauve qui poule » est créé en 2017 par des consommateurs et des éleveurs soucieux de défendre l’élevage de volailles en plein-air et le bien-être des animaux.

En janvier 2021, en France, le Sud-Ouest et ses élevages de canards sont une nouvelles fois gravement touchés par une souche de type H5N8 d’une virulence rarement observée.

La maladie se répand à nouveau rapidement malgré l’abattage de centaines de milliers de canards.

En mars 2022, le ministère de l’Agriculture a procédé à l’abattage de plus de 10 millions de volailles pour tenter de stopper l’épidémie de grippe aviaire alors localisée dans les Pays-de-la-Loire.

C’est l’épisode le plus sévère qu’ait jamais connu le pays.

Les petits élevages en agriculture biologique, généralement épargnés par l’épidémie, dénoncent cet abattage massif obligatoire réalisé sans véritable préparation.

Au 1er mai 2022, on recensait 1348 foyers de grippe aviaire confirmés.

Dans les 22 départements touchés (Vendée, Maine-et-Loire, Landes…), on procède à des abattages.

Jamais la France n’avait con­nu une telle situation.

Elle ne semble pas s’améliorer, avec de nouvelles zones d’infection développées depuis fin mars dans les régions du Lot, de la Dordogne et de la Corrèze.

Quels risques pour l’homme ?

« La vague de grippe aviaire est sans précédent, avec une propagation rapide et une présence extrêmement élevée du virus chez les volailles et les oiseaux sauvages », alertent deux chercheurs australiens.

Si le virus est à ce point violent cette année, c’est qu’il a muté par rapport aux derniers connus et pris le dessus rapidement sur les autres souches.

La souche actuelle pourrait aussi infecter un plus grand nombre d’oiseaux sauvages et d’espèces, mais aussi porter une plus lourde charge virale, facilitant la contagion.

La vague de grippe aviaire telle que la connaît le monde actuellement « constitue une menace potentielle continue pour l’homme ».

La Chine a annoncé le premier cas de transmission à l’hom­me de la souche H3N8 : un enfant de 4 ans, dont la famille élève des poulets, avait été hospitalisé début avril.

Les scientifiques, appelant à la vaccination des volailles, poursuivent : « Comme pour le Covid-19, si cette mutation se produisait et que le virus devenait efficace dans la transmission aérienne entre les humains, il serait pratique­ment impossible à contrôler. »

Aucun risque toutefois d’être contaminé en mangeant de la viande.

Pourquoi cette forte émergence ?

L’émergence de la maladie peut être due à des facteurs écologiques, agro-pastoraux, agro­industriels et zootechniques, démographiques, ou encore au phénomène de résurgence de virus anciens, aux délais de détection d’un nouveau sous-type de virus de grippe A et à la qualité et pertinence du suivi épidémiologique.

À l’origine d’une épidémie causée par l’un de ces virus, on trouve souvent la rupture d’un équilibre écologique, provoquée par l’homme (barrage, élevage intensif, dé­forestation…).

Dans leur grande majorité, ces maladies sont dues à des agents pathogènes présents depuis très longtemps dans l’environnement.

Hormis les vaccins contestés, il existe deux antiviraux déclarés efficaces contre les virus grippaux « classiques » ou aviaires.

Ces molécules inhibent l’activité d’une enzyme du virus, la neuraminidase.

Elles peuvent être utilisées en traitement curatif, et l’une d’elle en traitement préventif.

Dans le contexte pandémique, ces antiviraux sont utilisés avant tout pour protéger le personnel de santé et les professions dont le maintien de l’activité est indispensable pour assurer le fonctionnement des structures nationales.

Il est utile de rappeler que les antibiotiques sont inactifs contre les virus et que leur utilisation n’est conseillée qu’en cas de surinfection bactérienne.

Traitons nos volailles au naturel !

Le véritable traitement reste l’aromathérapie : les huiles essentielles (HE) sont de véritables petites bombes biochimiques.

On peut les prescrire en prévention et en curatif.

Comme pour les humains, les HE à privilégier en cas de grippe sont : Ravintsara, Eucalyptus radiata, Eucalyptus globulus, Laurier noble.

On pourrait procéder par diffusion atmosphérique, mais cette technique suppose un espace clos.

Il reste à mélanger ces HE aux grains de céréales (blé, avoine, orge, maïs, seigle…).

En 1977, j’ai expérimenté ce protocole dans un vaste camp de réfugiés cambodgiens (à la frontière thaïlandaise) dont certains pratiquaient l’élevage de poules.

Dans mon manuel « Les huiles essentielles face à la grippe A », j’ai évoqué cette expérimentation originale effectuée lors d’une mission humanitaire avec les Médecins sans frontières.

Eucalyptus contre grippe aviaire

En 1977, les trois pays de l’ex-Indochine deviennent com­munistes. Des centaines de milliers d’habitants fuient leur pays pour gagner la frontière thaïlandaise.

Les associa­tions humanitaires se précipitent pour leur porter secours. Ayant été médecin au Cambodge quelques années plus tôt, je me devais d’aller les rejoindre.

Le Cambodge n’était plus le « pays du sourire » que j’avais connu.

De Bangkok, il est facile de rejoindre le camp d’Aranyaprathet qui emprisonne plus de 140.000 naufragés.

La route bitumée est très fréquentée. Les premières images de ce camp immense ont fait le tour de la planète.

Après trois heures de bus climatisé, on arrive au camp.

J’y retrouve mes confrères de Médecins sans frontières. J’arpente les allées du camp entourées de milliers de paillotes. L’un des réfugiés me prend à l’écart. Sa demande me paraît insolite.

Il me parle de poules qui crèvent les unes après les autres et m’invite à le suivre. Il me désigne une parcelle de terre clôturée par une haie d’épineux. Des centaines de poules gisent sur le sol en piteux état.

« J’ai fait venir un vétérinaire thaïlandais, me dit-il. Il m’a fait acheter des antibiotiques qui n’ont rien changé. Que pouvez-vous faire ? »

Je sais que ces pauvres gens sont traités par les Médecins sans frontières qui ne sont pas censés prendre en charge leurs volailles. Beaucoup de familles disposent de poulaillers pour un apport protéique.

Je réalise que ces poules représentent un apport substantiel en protéines. Dans un tel environnement concentrationnai­re, une épidémie de grippe aviaire avait fait irruption.

Que puis-je leur proposer
?

Pourquoi ne pas leur donner des Hui­les Essentielles anti-infectieuses
?

Au Rwanda, ces petites « bombes » biochimiques m’avaient permis de traiter l’ulcè­re phagédénique. Je profite de la navette d’une association humanitaire pour me rendre dans la ville voisine acheter un demi-litre d’Huile Essentielle d’eucalyptus.

Deux heu­res plus tard, mon éleveur cambodgien m’attend au même endroit. Je lui explique ma stratégie et je verse une grosse poignée d’HE d’eucalyptus dans un baquet qui contient des grains de maïs.

Je malaxe le tout.

Les pou­les les plus gaillardes se hasardent à picorer les céréales. Les volailles ne semblent pas dégoûtées par l’odeur intense et la sensation piquante du liquide. Je donne la marche à suivre à l’éleveur pour qu’il poursuive le traitement.

Trois jours plus tard, le Cambodgien accourt :

« Kroupeth thom ! Docteur Willem ! C’est un miracle ! Vous avez sauvé mes poules : à nouveau elles caquettent et les coqs chantent! … et nous aussi ! »

Je n’arrête pas là mon expérimentation. Je la rends plus scientifique. Je fais mettre deux baquets dans la parcelle, l’un contenant uniquement du maïs, l’autre du maïs imprégné d’Huile Essentielle.

Mes yeux sont braqués sur les volailles.

À mon grand étonnement, elles se dirigent vers le baquet conte­nant les arômes. L’odeur ne les repousse pas. Leur instinct les a guidés vers le chemin de la guérison. J’en conclus que le rhinencéphale des gallinacés est plus performant que le cerveau de nos professeurs de médecine !

*

*         *

Vous avez remarqué que cette lettre n’est pas adressée à mes lecteurs habituels.

Les animaux domestiques souffrent eux aussi d’infections virales et méritent les meilleurs soins.

J’ai été aux anges il y a 2 mois quand des éleveurs m’ont appelé pour venir à leur secours.

Signalons que les vétérinaires sont libres de recourir aux médecines alternatives.

Big Pharma les aurait-il oubliés ?

Toutefois, honte aux vétérinaires qui injectent aux vaches des vaccins, des antibiotiques et des facteurs de croissance.

Toute cette allopathie toxique rejoint l’organisme des humains ! No comment !

Je vous signale qu’on peut soigner les animaux domestiques avec des remèdes naturels (gamme animale : articulation, mobilité, peau, pelage, stress, nervosité…).

*

*          *

Un grand merci à ceux qui ont acheté le manuel d’Ethnomédecine, on a pu sauver des enfants orphelins !

Pour ceux qui n’ont pas vu l’annonce ou ont des regrets, je signale qu’il reste 600 livres, toujours à 15 euros, ou disponibles (à 10 euros), au 9 Rue du Général Beuret, 75015 Paris.

J’ai invité ceux qui ont acheté plus de 5 livres à partager les agapes dans ma « cantine », un petit restaurant très accueillant (niveau 2 étoiles) : le quinze’m (le trésor) situé au 3 rue de la Procession, Paris XV, tel : 06 64 90 24 60.

Portez-vous bien,

Jean-Pierre Willem

One thought on “Grippe aviaire : traitons nos poules au naturel !

  1. bonjour Mr Willem,
    je désire savoir si au jour d’aujourd’hui il reste encore des manuels d ethnomédecine
    merci encore pour toutes vos précieuses sources d’informations
    Mme Risi

Répondre à RISI MARTINE Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page