CORONAVIRUS : DES ERREURS SIMPLES A EVITER

Chère lectrice, cher lecteur,

La France est à l’arrêt. Sous le choc.

Voilà presque deux semaines que nous avons atteint le stade 3 et son confinement diabolique.

La France est isolée et cloitrée, et cela risque de durer.

Les métaphores guerrières le disputent, chères aux marins les jours de gros temps « c’est la guerre, se résignent les soignants. Cette fois on y est. La vague déferle ».

Le président a enfin reconnu que c’est le début de la crise sanitaire du siècle.

Les experts sanitaires s’accordent sur un point : la crise pourrait durer des semaines, voire des mois.

Et si la chaleur retrouvée faisait refluer le virus !

Ce retournement de situation est riche d’enseignements : comment les Chinois, où a débuté la crise ont-ils pu éteindre cette é-nième pandémie ?

LA « TOUR DE BABEL » DES VIROLOGUES

Depuis trois mois le monde des médias se régale. Tous les plateaux des télés sont garnis d’experts en toute discipline.

C’est un défilé de virologues, infectiologues, urgentistes, épidémiologistes, anthropologues, mathématiciens…

Toute cette cohorte de chercheurs (mais non découvreurs) qui surfent sur les plateaux et offrent leur meilleur profil, le verbe le plus percutant pour devenir star et être à nouveau sollicité par les grands médias.

Comme le résume Roselyne Bachelot, ex-ministre de la santé, qui n’a pas brillé lors de la gestion de la crise H1N1 en 2009.

« Ces coronalogues à deux sous » parlent de ce qu’ils ne connaissent pas ».

Il arrive que leurs saillies verbales soient divergentes voire contradictoires.

Ce qu’on appelle la « babelisation » selon la métaphore de la Tour de Babel, les langages des humains sont devenus incompréhensibles.

Quant à la question essentielle, posée en fin d’interview.

« Qu’en est-il du traitement ? »

La réponse est invariablement négative. Nous ne disposons d’aucun médicament ».

Alors pourquoi les a-t-on invités ?

Pour ne pas mettre mal à l’aise le scientifique de service, on lui pose une deuxième question.

« Quand disposerons-nous d’un vaccin ? »

La réponse est évasive et n’a pas de quoi rassurer le téléspectateur.

En réalité il faut attendre au moins 8 mois pour le mettre au point.

Autrement dit, il sera disponible après 18 mois quand la crise aura avorté ! Par ailleurs, le virus peut muter …

Décidément, c’est une saga digne d’un thriller.

Il reste à nos universitaires, de citer pour la énièmes fois les gestes barrière et d’expliquer comment on se lave les mains avec des solutions hydroalcooliques.

Là aussi, il y a une faille : on n’en dispose pas !

Et de toute façon, rappelons que les solutions hydro-alcooliques « gomment » le microbiote cutané alors que le savon de Marseille convient parfaitement et est disponible.

Décidément la Nature l’emporte sur la Chimie !

N’OUBLIEZ PAS LES GESTES BARRIERE !

Des études scientifiques ont montré qu’un masque chirurgical est suffisant pour se protéger des postillons des personnes malades que l’on examine.

Tandis que les masques FFP2 sont trop chers.

Une question me taraude : pourquoi le ministère de l’armée a-t-il attendu 2 mois avant d’offrir le stock national de cinq millions de masques ?

On aurait épargné des colères et des morts (Rappelons que pour certains experts le virus stagnerait dans l’air plusieurs minutes).

            Quelques petits conseils :

  • Il est essentiel de couper courts les ongles (l’infection se loge sous les ongles) puis brosser vigoureusement comme au bloc opératoire.
  • Le lavage des mains à l’alcool détruit les virus mais aussi le microbiote cutané. Préférer le savon de Marseille.
  • Ne pas s’approcher des personnes à moins de 2 mètres ! Rappelons que l’éternuement envoie des projections salivaires à 3 mètres.
  • Couper la barbe qui peut-être un nid à microbes. Tant pis pour l’esthétique et le statut d’intello !

QUELLE THERAPIE OFFICIELLE ?

Comme les experts nous l’ont répété, il n’existe pour l’heure, aucun traitement antiviral contre le Covid-19.

Habituellement, les cas de coronavirus sont considérés comme des pathologies bénignes.

« On en guérit comme l’on guérit d’un rhume. Dans ce cas notre système immunitaire se mobilise et se restaure spontanément en quelques jours » affirme un virologue.

Plusieurs solutions sont testées à travers le monde.

Des chercheurs expérimentent des médicaments déjà existants, et efficaces contre d’autres maladies.

Il s’agit principalement d’antiviraux qui peuvent cibler d’autres pathologies virales, comme la grippe, Ebola ou le VIH, ainsi que la chloroquine, vieux traitement contre le paludisme.

Mais cette chloroquine a une fenêtre thérapeutique très étroite ; il y a peu de différence entre la dose efficace et la dose poison.

MEFIEZ-VOUS DES ANTI INFLAMMATOIRES ET ANTIPYRETIQUES

Pour lutter contre l’inflammation et l’hyperthermie certains recourent aux anti-inflammatoires et à la cortisone : c’est un non-sens aux conséquences délétères.

Tous les médicaments qui font baisser la fièvre (aspirine, ibuprofène, paracétamol, cortisone) sont à utiliser avec la plus grande prudence en cas d’infection virale.

La fièvre est un mécanisme naturel de défense contre les infections.

Les virus perdent leur virulence lorsque la température dépasse 38 °C.

Autrement dit ils se reproduisent beaucoup moins vite, laissant le temps aux anticorps de se mobiliser pour les combattre.

On sait que la gravité de l’épidémie de la fièvre espagnole en 1919-1920 fut amplifiée par l’usage massif et exagéré de l’aspirine, à une époque où l’on n’en connaissait pas les dangers.

En supprimant la fièvre, le virus recevait un coup de fouet qui agressait les organes vitaux des malades.

De même les médicaments contre le diabète et l’hypertension pourraient aggraver les infections causées par le coronavirus, ce qui pourrait expliquer les décès constatés parmi les personnes touchées par ces maladies.

La recherche a déjà démontré que les patients sous statines présentent des défenses immunitaires amoindries contre les virus de la grippe et de l’herpès.

Or, il se trouve que les personnes sujettes à des pathologies cardiovasculaires sont particulièrement exposées aux complications de l’infection au Covid-19.

Les scientifiques chinois ont également relevé que leurs malades du coronavirus, présentant un syndrome de détresse respiratoire aiguë, avaient des taux de LDL-cholestérol particulièrement bas.

La question de l’adaptation temporaire d’un traitement aux statines pourrait donc se poser dans le cadre de l’actuelle pandémie.

LES LIMITES DU PARACETAMOL

En guise d’anti-douleur, sur tous les plateaux on prône le paracétamol.

Ce serait la clef de voûte de la thérapie disponible mais quand on prend du paracétamol pendant plusieurs semaines, on peut se retrouver à l’hôpital pour une défaillance du foie même en respectant la dose autorisée (moins de 3 gr).

Par ailleurs le paracétamol épuise les réserves de glutathion, un excellent anti-oxydant qui potentialise l’action des vitamines telles les vitamines C et E.

De même le glutathion est utilisé par notre système respiratoire pour protéger les cellules saines contre les dégâts inflammatoires.

C’est ainsi qu’on prescrit l’acétylcystéine (NAC) pour augmenter les réserves de glutathion et protéger les poumons.  

LA « GUEGUERRE » DES LABOS

La concurrence entre labos risque de s’aiguiser au fur et à mesure que l’on approchera de solutions brevetables, mais, pour l’heure, ce n’est pas le cas.

En parallèle, des chercheurs planchent sur la fabrication d’un vaccin aux quatre coins de la planète.

Quel lobby pharmaceutique ne lorgne pas sur le Jackpot ?

Côté chinois, 1e gouvernement a annoncé des premiers essais potentiels sur l’homme fin avril « Fabriquer un vaccin demande du temps, cela pourrait prendre jusqu’à douze ou dix-huit mois », selon le président de l’OMS.

En France, l’institut Pasteur prend encore plus de précautions et explique que, dans le meilleur des cas, il ne sera pas disponible avant la fin de l’été 2021.

La France et la Chine ont crée le laboratoire P4 à Wuhan en 2011, un modèle de technologie au plus haut niveau mondial.

Soucieuse de la sécurité sanitaire mondiale, la France a compris la nécessité de renforcer les moyens de la recherche au plus près des lieux d’émergence des épidémies.

Cette coopération repose sur l’accord signé en 2014 entre l’Inserm, l’institut Pasteur, la fondation Mérieux et le Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC),

Quelques élucubrations !

Je suis étonné que les questions posées par les téléspectateurs ne portent jamais sur les huiles essentielles.

La censure est omniprésente.

Seul un médecin y a fait allusion pour mentionner que c’était sans effets thérapeutique.

Aurait-il reçu un petit chèque !…

Mais je trouve cela assez révélateur de notre époque : dès que des personnes proposent des solutions différentes pour se soigner, il y a toujours des rabat-joie et des sceptiques pour crier à la « fake news », avant même d’avoir vérifié les données scientifiques.

C’est encore plus le cas avec les solutions naturelles qui, malgré des études toujours plus nombreuses, continuent d’être tournées en ridicule par les médias et certains scientifiques.

C’est à croire que seul le vaccin pourrait nous sauver du coronavirus…

Je rappelle que la moitié des Français recourent aux médecines naturelles.

Toutes les couches de la société en sont adeptes.

Et pourtant, le silence est pesant.

On a vu comment une bande de médecins et professeurs ont profané l’homéopathie, moyennant un chèque pour leur cupidité et lâcheté.

Pour affiner vos connaissances sur les huiles essentielles lire mes 2 livres :

  • « Les huiles essentielles, médecine d’avenir » Ed. Dauphin. (Un best-seller)
  • « Huiles essentielles antivirales » Ed. Trédaniel.

En Avril 2020 sortie d’un nouveau livre sur les virus et leurs traitements aux Ed. Dauphin.

Pour trouver l’ensemble des compléments alimentaires, je vous recommande la pharmacie des laboratoires Fenioux à Paris, 11 Rue Daru 75008. Tel : 01 40 55 94 89. Ils pourront vous conseiller.

Je vous donne rendez-vous au prochain pic, peut être après l’été.

Je conseille à l’ensemble de ces stars de la médecine de lire mes livres et de s’abonner à ma Newsletter.

Ils auront l’occasion de briller enfin légitiment.

N’oubliez pas mon dernier livre vendu sur Amazon et la nouvelle version éditée chez Trédaniel « Alzheimer et odorat » quand les arômes restaurent la mémoire.

Portez-vous bien !

Jean-Pierre Willem

187 commentaires pour “CORONAVIRUS : DES ERREURS SIMPLES A EVITER

  1. a la sortie de votre livre ne pourrait on pas le conseiller à nos pseudos scientifiques qui POURRAIENT ENFIN ADMETTRE L UTILITE DES PRODUITS NATURELS

  2. Bonjour Dr Willem
    J’adore vos lettres, je les dévore à chaque fois qu’elles se pointent le nez dans ma boîte de réception
    La dernière qui traite du fameux coronavirus, nous suggère vos livres. Un d’entre eux m’intéresse particulièrement. Les huiles essentielles, médecine d’avenir
    Il n’est pas disponible sur Amazon
    Croyez vous qu’il le sera bientôt ?

    Merci de prendre le temps d’y donner suite
    Au plaisir
    Johanne Roy

  3. Vous savez , comme moi , j’en suis sûr , que les médias manipulent toujours les téléspectateurs et les lecteurs .
    Je reste , quant à moi , très septique , à propos de leurs nouvelles et je tend à rechercher ailleurs leurs  » vérités non avérées  » , bien trop souvent . C’est pour occulter le plus important , souvent .
    Bref , il y a trop à dire à ce sujet .
    Je suis en accord avec les médecines douces , que j’ai étudié ( Shiatsu ) , il y a des années . Feu , mon mari ( pharmacien à cause de sa famille des Labo Roussel ) mais businessman international en fait après Harvard , m’avait poussé à les étudier . Cela voulait tout dire pour moi ! Je crois et j’espère que vous pouvez me comprendre …..

  4. Merci Docteur . Je suis à 100% d’accord avec vous … les médias sont censurés et n’ont le droit de dire que ce qui arrange le gouvernement et les capitalistes..
    je suis vos conseils . Ma soeur est partie en voyage au début de cette crise , emportant avec elle, les huiles essentielles, vitamines D, C et autres . Au vu des symptômes, elle a contracté le virus mais grâce à cet automédication, elle a eu 1 seul jour une température à 38°5 . Je lui ai donné l’information de ne pas prendre d’anti inflammatoire et de faire monter au maximum son taux vibratoire .
    Elle a pu, avec précautions d’usage, continuer son voyage et elle est de retour en France !!
    Vive les médecines douces .. et merci à vous

  5. Bonjour et merci pour votre franchise. Pour beaucoup d’entre-nous, nous avons des doutes sur les pratiques de déclenchement de la protection de la population par ce gouvernement et ce serait bien le fruit d’un esprit mondial ? J’espère me tromper ?
    Nous maintenons excercie, vitamine C (cynorrhodon), vitamine D, huiles essentielles Laurier noble, ravintsara, tea tree et en inhalation eucalyptus globulus. Mais la psychose médiatique est mortelle, peut être bien plus que le virus, on ne sait plus où on en est et surtout qui croire ! C’est une période ou il faut débusquer les gens mal honnêtes, les charlatan et valider les vraies infos et gens qui nous aident. Vous faites partie des personnes de confiance Cher Dr Willem.
    Cordialement, pascal

  6. Bonjour,
    Effectivement on entend rarement parler des HE… La question de leur utilisation a été néanmoins posée lors d’une émission ( je ne sais plus laquelle…) par un téléspectateur à un médecin ( je ne sais plus lequel 😊)…et bien sûr la réponse n’a pas été en leur faveur…
    Qu’en penser? Que faire?
    Les Chinois, adeptes d’une médecine naturelle, les ont-ils testées ? Si oui, pourquoi n’avons nous pas de retours ojectifs?
    Merci pour votre réponse

  7. Je lis de temps en temps vos messages, ouverte aux médecines naturelles mais pas militante. Personnellement je trouve que la sagesse et la crédibilité des propos portent quand on est pas toujours dans la critique des autres mais qu’on apporte d’autres éclairages, c’est dommage..

  8. Je suis dégoûtée de voir comment certains bien-pensants plein de savoir soi soi-disant ! ont réussi à profaner l’homéopathie en la deremboursant et en rabaissant ses effets qui sont si importants pour certaines maladies tels que psoriasis que rien ne soulage en ‘allopathie sans altérer le reste de la santé comme la cortisone . Sans parler de la phytothérapie qui devrait être plus répandue et ainsi on éviterait le trou de la sécu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page