Ces nutriments empêchent vos cellules de « rouiller »

 

Toutes nos cellules ont besoin d’oxygène pour fonctionner.

Paradoxalement, une partie de cet oxygène produit des déchets toxiques : les radicaux libres.

Au contact de ces radicaux libres, nos cellules s’oxydent et vieillissent, comme le fer qui rouille quand il est exposé à l’oxygène de l’air.

Pour limiter ce processus, nos cellules possèdent des substances « antirouille » : les antioxydants.

Lorsque la couverture antioxydante est insuffisante par rapport à l’oxydation, on parle de stress oxydatif.

Le stress oxydatif est grandement lié à l’âge et peut entraîner :

  • Une altération des protéines responsables du vieillissement cellulaire ;
  • Une oxydation des lipides aboutissant à des lésions des membranes cellulaires
  • Des lésions des acides nucléiques, première étape de la naissance d’un cancer.

Le radical libre possède un seul électron « célibataire » et cherche constamment un autre électron dans son environnement immédiat.

Pour trouver son « partenaire », le radical libre va attaquer en particulier :

    • Les lipides,
    • Les protéines
    • Les fibres de collagène et d’élastine.

Ils sont très toxiques et peuvent faire perdre une partie de leurs fonctions aux molécules.

Les chaînes d’ADN peuvent être cassées.

Habituellement, il existe un système de réparation, mais il peut être débordé. Les modifications subies deviennent alors définitives.

Du cerveau aux orteils : l’oxydation peut frapper à tous les niveaux

Le stress oxydatif est impliqué dans un grand nombre de maladies :

  • Appareil cardio-vasculaire : on constate augmentation nette du stress oxydatif à la suite d’infarctus du myocarde. L‘athérosclérose est directement liée à l’oxydation des LDL et aux taux de HDL.

 

  • Le foie par sa fonction de détoxication, est le siège d’importants métabolismes oxydatifs. Pour combattre une hyperproduction hépatique liée à la consommation excessive d’alcool ou de certains médicaments (antibiotiques, neuroleptiques, anxiolytiques), les antioxydants vont donc se révéler utiles.

 

  • Le cerveau possède un système de protection antiradicalaire très puissant, mais lors du vieillissement ce potentiel de protection diminue, et les agressions continues des radicaux libres sont directement liés au vieillissement cérébral, à l’ischémie et même à la maladie d’Alzheimer

 

  • L’œil subit quotidiennement des agressions par exposition aux rayonnements (radiations ionisantes, ultraviolets, etc.) qui favorise la production des radicaux libres. Le cristallin et la rétine sont donc attaqués de façon incessante, ce qui peut être à l’origine des phénomènes de cataracte et de dégénérescence maculaire (DMLA).

 

  • Les articulations sont constamment soumises à des microtraumatismes qui créent de l’inflammation, qui va libérer une grande quantité de radicaux libres. Ces radicaux libres ont un rôle de tout premier plan dans l’installation et l’aggravation de l’arthrose. Voilà pourquoi les antioxydants sont d’une grande efficacité dans le traitement de fond de l’arthrose.

 

  • Le diabète pourrait être lié à une diminution de l’activité d’un des antioxydants que nous fabriquons naturellement (le SOD). Des expérimentations chez l’animal ont par ailleurs montré une action thérapeutique du SOD sur des atteintes inflammatoires du pancréas.

 

  • Appareil respiratoire : au cours de la crise d’asthme on observe une activité accrue des macrophages alvéolaires entretenus par les radicaux libres. L’oxydation est aussi responsable des lésions observées dans l’emphysème, une forme sévère de BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive). Des études ont montré une amélioration remarquable de la fonction respiratoire chez les asthmatiques traités uniquement par des complexes antioxydants à base de vitamines et d’oligoéléments

 

  • En s’attaquant au plus profond des cellules, atteignant même l’ADN, les radicaux libres sont probablement très impliqués dans la genèse de certaines anomalies du système immunitaire, et dans l’apparition et le développement de cancers.

Comment savoir si vous êtes touché(e) ?

Les radicaux ont une durée de vie très courte, mais il existe des moyens indirects pour détecter leur présence :

  • le dosage des enzymes antioxydantes circulantes.
  • le niveau d’activité des systèmes de défense antioxydants dans le sang

Après 50 ans ou en cas de maladie, il faut faire un bilan du stress oxydatif, qui dose 6 biomarqueurs :

    • le cuivre,
    • le zinc,
    • les thiols plasmatiques,
    • le glutathion réduit,
    • le glutathion oxydé,
    • le MDA ou LDL oxydés.

Le bilan du stress oxydatif est évalué à 170 euros.

« Dérouillez » vos cellules avec ces fabuleux nutriments

Heureusement il est possible de limiter l’oxydation grâce aux antioxydants.

Les antioxydants réduisent les molécules « oxydées » en leur donnant un électron.

Il existe 3 types d’antioxydants :

    1. les molécules que nous fabriquons pour nous défendre : principalement la SOD (superoxyde dismutase), et la GPX (glutathion peroxydase).
    2. les molécules simples que nous devons consommer : la vitamine C et la vitamine E, mais aussi des caroténoïdes (on parle de piégeurs de radicaux libres).
    3. les molécules plus complexes qu’on appelle les polyphénols, parmi lesquels les flavonoïdes : des molécules contenues dans les fruits et légumes, le thé vert, le vin et la plupart des herbes et épices.

Le sélénium, le zinc, le manganèse ou la vitamine A considérés comme des antioxydants sont en fait des cofacteurs des enzymes (ils favorisent l’action de la SOD et de la GPX), mais pas des antioxydants à proprement parler.

  1. Les molécules simples : la base

Voici quelques sources précieuses de ces molécules :

  • La vitamine E est fournie par les graines et les fruits oléagineux, les huiles, les fruits et les légumes.
  • La vitamine C est apportée par les fruits et les légumes.
  • Les caroténoïdes dont le bêta-carotène (provitamine A), l’alpha-carotène, la lutéine, la zéaxanthine se trouvent dans les fruits et les légumes de couleur jaune, orange et rouge.

Il paraît nécessaire, pour profiter réellement et sans risque des caroténoïdes, de consommer une association de caroténoïdes : bêta, mais aussi, et surtout alpha-carotène ainsi que lutéine, zéaxanthine et cryptoxanthine, voire lycopène.

Les vrais antioxydants contenus dans les fruits et légumes, les aromates, les herbes, les algues, les plantes ont un véritable rôle de protection contre les maladies dégénératives. Et vous pouvez consommer ces antioxydants sans réserve !

  1. Les polyphénols

Les polyphénols représentent plus de 8 000 molécules.

Le principal sous-groupe des polyphénols, ce sont les flavonoïdes, que l’on trouve dans

  • les brocolis, les choux,
  • les épinards, les haricots vert
  • la peau des fruits
  • et dans les fruits et baies rouges et bleues (myrtille, mûre…)
  • et le vin rouge !

La quercétine, est la star des flavonoïdes antivirale, antiallergique, et protectrice sur le plan cardiovasculaire, elle contribuerait aussi à éviter le cancer.  On la trouve dans :

  • les oignons jaunes et rouges,
  • les pommes,
  • les brocolis,
  • le raisin noir,
  • certaines baies et graines et les oléagineux.

 

10 « coups de pouces » antioxydants

En dehors des antioxydants présents dans la nature, certains compléments peuvent être d’une aide précieuse :

    1. La grenade est très utile contre l’athérosclérose
    2. La vigne rouge est d’un grand secours dans le traitement de l’insuffisance veineuse chronique et est utilisée comme tonique veineux.
    3. Les graines de cacao sont riches en polyphénols qui réduisent le risque de maladies cardiovasculaires, l’oxydation des LDL et les dommages oxydatifs de l’ADN.
    4. La Rhodiola et le Maca sont utilisés pour augmenter la résistance du corps, faire face au stress physique et mental tout en favorisant la fonction sexuelle.
    5. Le coenzyme Q10 favoriser la production d’énergie et est considéré comme antivieillissement.
    6. Les vitamines C et E sont connues grâce à leurs propriétés antioxydantes.
    7. Le zinc est un minéral essentiel pour le développement des phanères comme les cheveux et les ongles
    8. De nombreuses études ont montré que le sélénium est le nutriment le plus puissant pour prolonger la vie.
    9. Le chrome est un oligo-élément qui stimule la longévité, il est indiqué comme traitement contre le vieillissement prématuré.
    10. Le fer combat les symptômes de la fatigue, le manque d’énergie, les problèmes d’apprentissage et de concentration, et l’anémie (manque de globules rouges).

Si vous cherchez un complément qui possède l’ensemble des antioxydants que j’ai mentionnés, vous pouvez utiliser Oxynium du laboratoire SFB.

Un formidable espoir !

Diagnostiquer, prévenir et traiter le stress oxydatif constitue une révolution et un formidable espoir.

Vous pouvez prendre quelques compléments à base d’antioxydants, trouvables dans la plupart des laboratoires.

Mais l’essentiel à mon avis, c’est de gorger votre alimentation des bienfaits de ces petites merveilles en pensant à varier les plaisirs : brocolis, épinard, choux, oignions, baies… sans oublier un carré de chocolat noir de temps en temps !

Portez-vous bien,

Jean-Pierre Willem

PS : pour compléter vos connaissances, je vous conseille mon livre 102 maladies du XXIème siècle – solutions naturelles – Ed. Testez

63 commentaires pour “Ces nutriments empêchent vos cellules de « rouiller »

  1. Bonjour docteur Willem et merci pour votre participation à notre éveil sur notre santé et lucidité… À ce propos, je suis surprise de vos conseils pour remplacer le fromage de vache par le yaourt soja, dans le petit déjeuner budwig… Car pour moi, vous êtes un des seuls à attirer notre attention sur les dangers du soja… Alors, si vous pouvez me faire part de votre avis, cela me permettra d’y « voir plus clair » et de choisir en fonction ?
    Avec mes remerciements anticipés
    Sylvia
    Savoie

  2. Bonjour Monsieur, merci pour toutes vos informations si utiles. Je suis atteinte d’Hashimoto et je prend du Thyregul (sur conseil de mon médecin). Je mange souvent un Muesli, genre Kousmine et avec du yoghurt au soja, mais le soja semble déconseillé à cause du problème Thyroïde! J’ai remplacé par du lait de Coco, agréable et onctueux. Recommandé?

  3. Je lis vos articles. J’ai 82 ans et aimerai finir ma vie sans trop de problèmes de santé, mais hélas j’en ai (leucémie chronique). Bien que nous ayons une nourriture équilibrée et utilisions des produits bio, il nous est difficile d’appliquer tout ce que vous nous expliquez. Pourquoi ? Parce qu’à un âge certain on ne peut retenir et appliquer vos conseils. On fait au mieux. Merci tout de même.

  4. PS1 : dans ma lettre de la semaine dernière sur le petit-déjeuner, la recette de la crème Budwig a suscité des interrogations. Effectivement, je vous conseille de remplacer le fromage blanc par du yaourt au soja, c’est meilleur d’un point de vue nutritif (et c’est tout aussi bon). Il faudrait préciser que les personnes qui ont eu un cancer hormono dépendant ne doivent pas prendre de SOJA

  5. Bonjour Docteur Willem,
    Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour les bons conseils que vous avez à cœur de nous prodiguer.
    Je me tourne vers vous, car depuis que j’ai appris que les cancers sont généralement détectables que plusieurs années après leur naissance, les questions suivantes ne cessent de me tarauder : à quelle phase de son développement, selon quel délai, et surtout par quel(s) moyen(s) seraient-ils au plus tôt détectables ?
    Merci Cher Docteur de bien vouloir répondre à ces questions, et bonne continuation !
    Jean-Claude Delcloque

  6. Bonjour
    Pour dérouiller les cellules, J’utilise le Q 10 sous forme d’Ubiquinol de chez Pileje qui est beaucoup plus assimilable mais plus chère..que sous la forme Ubiquinone vendu par Cell-inov
    Pour la prostate j’utilise une formule de chez Cell-inov à base de Maca, ortie, palmier de Floride,Prunier d’Afrique et citrate de Zinc. Il y a aussi le pollen d’abeilles qui est peu onéreux.
    Pour les articulations Algiflex de chez Dergam.
    Cà fait beaucoup mais je ne fume pas et je ne bois que du vin rouge en faible quantité 1 à 2 verres par jour et parfois Zéro. En conclusion , j’ai apprécié votre dernière lettre et je vais me renseigner pour Oxynium.
    Amicalement
    Jean -René Gouron

  7. Bonjour, c’est formidable d’avoir le courage d’écrire cela, à notre époque de guerre des médecines. Bravo, je continue de lire vos lettres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page