7ème VAGUE ! N’EN JETEZ PLUS !

Chers amis,

Ça s’en va et ça revient…

Nous sommes au pied de la 7ème vague et à la 4ième dose pour les plus de 65 ans !

Je vous l’avais annoncé dans mon livre sur les virus à ARN qui mutent facilement.

Cette flambée va-t-elle nous gâcher l’été ?

Sans oublier les grèves des trains et avions, c’est la totale !

Le sous-lignage BA5 du variant Omicron est désormais largement dominant.

Alors que la courbe des contaminations repart, les médecins remarquent des symptômes plus sévères.

BA4 et BA5, ces deux « frères » au sein de la famille Omicron, pro­gressent en Europe, notam­ment en France.

Mais c’est au Portugal qu’ils sont les plus présents.

Ces mutants représentent désor­mais les deux tiers des cas positifs, d’après l’Institut national de la santé. BA5 y a supplanté en quelques semaines son « cousin » BA2, ce qui se répercute sur les courbes épidémiques.

Des recontaminations

Le nombre de cas positifs recensés chaque jour est en forte hausse depuis trois semaines.

Depuis début juin, la percée du Covid fait, à nouveau, grimper la courbe des infections en France.

« Avec 50 % d’augmentation chaque semaine, la hausse est nette. 70.000 cas positifs sont recensés en moyenne chaque jour avec 1180 en réanimation et 18.300 hospitalisés.

A l’origine de cet­te remontée : BA4 et surtout BA5.

Ces nouveaux variants sont-ils plus virulents ?

Depuis un mois, on voit des patients avec des symptômes plus marqués et des fièvres assez intenses et prolongées.

On s’interroge sur la sévérité de ce nouveau variant, même chez les vaccinés, alors que BA5, en progression, représente désormais près de 25 % des cas en France.

Il semble que les patients « trainent » le virus 8 jours au lieu de 4 jours en janvier avec la probabilité de présenter une « anosmie et agueusie », soit une perte de l’odorat et de goût, mais surtout avec des affections du carrefour ORL, des nausées, des vomissements et des diarrhées, mais aussi une durée des signes cliniques plus longue.

« Ce virus est un peu plus agressif. Pourquoi ? C’est extrêmement difficile de le dire, admet Bruno Lina, virologue renommé. La seule chose que l’on sait, c’est que BA5 a une mutation en commun avec le variant Delta et on se demande si elle n’est pas la cause d’une plus grande transmission ».

Pour le virologue, cette percée montre la nécessité d’un nouveau rappel, chez les plus fragiles.

Le virus va-t-il, à nouveau, nous gâcher l’été ? Pas si sûr ! Quatre semaines avant la France, le variant BA5, identifié d’abord en Afrique du Sud, a donné lieu à une 6ème vague au Portugal, premier pays européen touché. Aujourd’hui, le nombre de cas diminue, et la France devrait, logiquement, suivre la même trajectoire.

Contagieux plus longtemps !

100 % des contaminations en France concernent le variant Omicron via ses sous-lignages (BA1, 2, 3, 4 et 5).

Les patients vaccinés atteints par le virus restent contagieux au plus dix jours après l’appari­tion des premiers symptômes et la charge virale est à son maximum entre trois et six jours, avec toujours com­me point de départ l’apparition des symptômes.

Dès le pre­mier jour, il faut s’isoler et aler­ter de son statut les personnes proches que l’on a côtoyées dans les deux ou trois jours précédents.

Les personnes complètement vaccinées et les enfants de moins de 12 ans doivent s’isoler pendant sept jours.

Au bout de cinq jours, la personne positi­ve peut sortir d’isolement si elle se teste, via un antigénique ou une PCR, et que le résultat est négatif, ou qu’elle n’a plus de signes cliniques d’infection depuis 48 heures.

Pour les non-vaccinés, l’isolement est de dix jours pleins, avec possibilité d’en sortir au bout de sept selon les mêmes conditions.

Au Portugal, le masque n’a pas été réimposé

« Personne n’a brûlé ses masques et on sait que l’adhésion au respect des gestes barrière a tendance à augmenter à mesure que le risque devient perceptible, notamment quand des pro­ches sont touchés. La question est de savoir si l’épidémie évolue assez vite. Par proximité, on peut res­sentir une forme de menace et d’impact pour soi-même, ce qui influe sur une partie de la population », analyse l’épidé­miologiste Pascal Crépey.

Notons qu’au Portugal, touché par une vague de BA5 en mai, le masque n’a pas été réimposé…

L’immunité liée aux précédentes infections, notamment celles de la dernière vague de janvier, devrait aussi protéger du risque de forme grave.

Les variants Omicron sont par ailleurs moins virulents mais plus contagieux (transmissible) que Delta.

Reste qu’avec plus de cas positifs, davantage de personnes devront être hospitalisées (aujourd’hui 18.300), tandis que le ratio « cas graves/ cas infectés » ascensionne.

Le rythme des vaccinations s’accélère : rush sur le 2ème rappel

En pleine 7ème vague épidémique de Covid-19, avec 70.000 cas positifs par jour en moyenne, de plus en plus de personnes reçoivent leur deuxième dose de rappel de vaccin (dite « quatrième dose »).

« Cette nouvelle injection, recom­mandée mais pas obligatoire, peut se faire à partir de 3 mois après l’injection du premier rappel pour les personnes âgées de plus de 80 ans, les résidents en Ehpad et en unité de soins longue durée », explique le ministère de la Santé. Le délai est de 6 mois pour les 60-79 ans.

Fin juin, 90 000 person­nes ont tendu le bras pour se faire « piquer ».

Du jamais vu depuis le début de cette cam­pagne.

La très grande majorité d’entre elles sont âgées d’au moins 60 ans, la seule tranche d’âge officiellement éligible (en plus des immunodéprimés).

En moyenne, plus de 40 000 personnes reçoivent chaque jour leur deuxième rappel.

Ce nombre a doublé en une semaine et il va continuer de grimper : 75 000 internau­tes ont réservé un créneau lundi et mardi sur Doctolib, soit trois fois plus que la semaine précédente.

En attendant, le maire de Nice a remis en route le vaccinodrome !

Le retour du passe sanitaire?

Face à la hausse des cas de Covid, le gouvernement pourrait envi­sager de mettre en place un passe sanitaire aux frontières à l’arrivée en France : un test négatif, un certificat de réta­blissement ou une preuve de vaccination à partir de 12 ans.

« Il s’agit d’un avant-projet de loi transmis au Conseil d’État et qui fera l’objet de discus­sions avec les forces politiques et d’une présentation en Con­seil des ministres », nous dit le ministère de la Santé.

Le passe sanitaire fera-t-il son grand retour ?

Tout dépendra de la tournure de cette 7ème vague et de l’émergence ou non d’un nouveau variant.

Il reste à reprendre le masque dans les transports en commun.

Dans les médias, on perd des heures à se poser des questions.

Ceux qui ont un Q.I normal ne s’en posent plus !

Je rappelle que ces variants sont très contagieux (transmissibles).

Une population moins immunisée

Alors, l’été gâché par la flambée de Covid ?

« Si on avait voulu le sauver, il aurait fallu anticiper dès le mois de mai et pas s’y prendre fin juin, en pleine recrudescence », tacle Éric Billy, chercheur en immuno-oncologie qui regrette une gestion « déconnectée, à la volée » de l’épidémie alors que des « mesures adaptées à des seuils d’alerte » auraient pu être mises en place.

D’abord, les experts sont una­nimes : le virus circule dans une population moins immu­nisée.

La priorité est donc de protéger les plus vulnérables à l’heure où le nombre d’hos­pitalisations repart à la hausse.

« La plupart des Français ont reçu leur troisiè­me dose entre le 15 décembre et le 15 février. Or la protection contre l’infection commence à diminuer le 5ème mois. Si vous avez plus de 60 ans, faites votre 4ème dose, c’est indispensable », exhorte Philippe Amouyel.

Les Français ont bien compris le risque, comme en témoigne la hausse des ren­dez-vous pour une quatrième dose.

Le ministère de la Santé s’apprête à déployer « un plan national de mobilisation ».

Pour les petits-enfants qui passeront leurs vacances chez papi et mamie, un test peut permettre de « réduire les ris­ques de contamination », pré­cise le chercheur Éric Billy. Et « quelques jours avant, limitez vos contacts ! ».

Que reste-t-il à faire ?

Quant à ceux qui redoutent la maladie, on dispose de compléments alimentaires aptes à éviter le virus.

En premier lieu, renforcez les défenses immunitaires :

  • STIMU+, 2 fois 2 gélules durant un mois. Il contient trois champignons, trois huiles essentielles, de l’échinacée, et des alkylglycérols. Depuis 10 ans, ce produit a prouvé son efficacité. Il prévient toute attaque infectieuse.

Restaurez votre microbiote : les bactéries sont des « petits soldats » qui stimulent les lymphocytes et les Natural Killers.

  • ORTHOFLORE, 1 gélule le matin à jeun, 1 mois.
  • Les omega3
  • L’huile de Lin, la plus riche en acide linolénique qui donne lieu à des acides gras polyinsaturés. Cette huile renforce la fluidité membranaire et la communication inter-cellulaire (+action anti-inflammatoire et antalgique), 2 capsules aux 2 repas.
  • AFALG (l’algue Aphanizomenon aux 120 principes actifs), 2 fois 2 gélules.

En cas d’atteinte virale :

  • LYSOVIR (4 HE à phénol, antivirales), 2 gélules avant les 3 repas 3 semaines, puis 2 fois 2 gélules, 15 jours.
  • PROPOLIS PURE, renforce l’action des HE, 2 fois 2 gélules.
  • LYSO-HOME en diffusion atmosphérique.

Depuis la crise du Covid, c’est la ruée chez les psys.

La hausse des consultations concerne particulièrement les enfants et les jeunes adultes jusqu’à 25 ans : fatigue émotionnelle, perte de mémoire, absence de désir et envie, se sentent en décodage.

Chez les écoliers : mal être, harcèlement et phobie scolaire. Pour le soutien du moral :

  • QUIET-FULL, 2 fois 2 gélules.

Ces différents compléments alimentaires au labo Phyt-Inov, tel : 00 41 32 466 89 14.

*

*           *

A nouveau je remercie ceux qui ont répondu à mon appel pour sauver les enfants malgaches.

L’opération n’a pas été un succès ! (Il reste une centaine de livres). Heureusement la providence s’est manifestée.

J’ai reçu un ensemble de photos qui illustrent l’action des religieuses. Le mère supérieure des Ursulines de Jésus nous remercie.

Portez-vous bien,

Jean-Pierre Willem

24 commentaires pour “7ème VAGUE ! N’EN JETEZ PLUS !

  1. C’est très bien ces produits mais cela coute très cher et en ce moment de la hausse des pris tous azimut je peux pas financièrement me les procurer.
    Bien affectueusement
    A.DEMAREZ et son épouse

  2. Vous êtes bien loin de mettre les gens en garde contre les effets dévastateurs des vaccins: toxicité avec effets secondaires épouvantables cardiovasculaires, cancéreux, auto-immunitaires et même psychiatriques.
    Pourtant vous êtes en bonne posture pour faire cette mise en garde! Dans quel camp êtes-vous? J’estime pr.un risque en émettant cette objection.

  3. Vous parlez de vaccination moi je parle d’injection expérimentale bien évidemment que nous n’en voulons pas ici en Belgique vous parlez de la France même si je suis à moitié française je réside en Belgique alors voilà au mois de septembre on va de nouveau nous imposer ce truc que j’ai toujours refusé d’ailleurs je ne me suis jamais fait v*******r de toute ma vie alors ma nièce disait oui mais tu es un symptomatique et tout ça c’est danger enfin bref je suis tout à fait contre je suis donc complètement d’accord avec vous et comme vous dit très bien n’en jetez plus nos virologues vont encore nous casser les pieds et puis après ça on ne pourra plus le restaurant j’ai eu une fois la blague qu’il fallait le cœur code et cetera non c’est invivable !
    Il faudra tricher avec la loi il n’y a rien à faire vous savez très bien comme moi que tout ceci c’est du trafiquage monumental !

  4. « Le mère » supérieure en fin d’article ??? … Et comme toujours on nous bourre le crâne pour que les labos soient de plus en plus riches sans apporter de nouvelles preuves de l’efficacité ou du danger que représentent les vaccins dit ARNm.
    Jamais un mot sur le vaccin dit : NOVAMAX (NUVAXOVID). Qu’en est-il de son utilisation et de son efficacité dite de 90% ???
    Pourquoi ne pas inciter les antis- vaccins ARNm à se faire vacciner par un vaccin dit classique et non ARNm ???
    Je suis dans ce cas.

  5. Dr Willem, votre confère le Dr Billy a raison, il fallait agir très tôt pour espérer être efficace contre ce mutant très contagieux. « Gouverner c’est Prévoir » Oh Macron ! Pour contrer Omicron il fallait un chef d’Etat et on a un « p’tit-banquier » obnubilé par l’avenir incertain de sa p’tite personne. « Trop dangereux d’emmerder les Français ce printemps, je pense à moi »
    J’ai refusé le vaccin car je crois qu’il fallait affronter la COVID en se forgeant une immunité individuelle et collective au lieu de se planquer de gré ou de force derrière des « machins expérimentaux » bricolés à la va-vite pour remplir les poches de Pfizer et consorts.
    La Pandémie pouvait être gérée d’abord par nos Médecins personnels. Ils connaissent chaque patient, ils auraient su les soigner avec les médicaments répondant à leurs symptômes et éviter quantités d’hospitalisations, de drames aux urgences. Ainsi on aurait déjà traversé la tempête.
    Au lieu de ça, les vaccinés sont invités au n-ième pique-pique en attendant n +1 puis n +2, etc .
    C’est une usine à variants, mais c’est une manne pour Big-Pharma, donc le p’tit Rothschild va ordonner le « garde-à- vous » aux moutons de Panurge et « emmerder » les résistants.
    A moins que … ? ? ?

  6. Bonjour, diabétique de type1 j’ai commandé tous les compléments alimentaires (somme importante pour mon budget, j’ai 70 ans) au début de ce covid, comme vous l’expliquiez, je me suis fait piquer 3 fois… Avec vos conseils en homéopathie, je vous remercie vivement pour toutes vos lettres. J’ai RV chez diabétologue, en septembre, qui refuse de me recevoir si je n’ai pas de 4eme dose !! C’est du chantage !! Qu’en pensez vous ? Merci mille fois

  7. Bonjour Cher Monsieur Willem, pourriez vous m’expédiez votre lettre sur les enfants Malgaches afin d’acquérir votre livre (cette lettre a dû se perdre !!??)
    Je vous renouvelle mes sincères remerciements. Cordialement
    MO Simon

  8. Moi, je prends Rub’control de SID Nutrition depuis 2018 et ça marche bien. Il y a de l’echinacee, de l’astragale, andrographis, vit C, bouillon blanc, saule blanc, zinc, thym, eucalyptus, sureau, eleurherocoque, grande camomille et poudre de baobab. Ça fait bcp d’ingrédients ms la synergie est efficace. 3×2 gel en cas d’infection. 2x 1 pour l’entretien et prévention. Arrêter 1 semaine après 3 semaines de traitement.
    Les vaccins étant inefficaces, mieux vaut doper son système immunitaire qq soit votre âge, il me semble, ma belle-soeur, triplement vaccinée, 78 ans, l’ayant eu avec 39° pdt 2 jours et forte fatigue pdt 1 semaine. Moi, non vaccinée, 73 ans, rien !

  9. J’ai vu le prix de Stimu+. Il revient moins cher que mon complément alimentaire ; 65€ pour 50 jours alors que le mien est à 8,95€ pour 5 jours en cas de traitement plein (3×2 gélules). L’avantage du mien c’est que vous pouvez diviser la dépense et de plus, vs avez 1 boîte gratuite après 5 boîtes achetées. Ça revient à 44,75€ pour 1 mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à taper votre terme de recherche ci-dessus et appuyez sur Entrée pour rechercher. Appuyez sur "échap" pour annuler.

Haut de page